Partagez | 
 

 Kazu Inuzuka EN COUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuichiro Inuzuka
Juunin de Konoha


Messages : 3
Date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Kazu Inuzuka EN COUR   Lun 14 Nov - 12:56

Nom & Prénom
----------

-PRÉSENTATION GÉNÉRAL-
Surnom: l'Inuzuka.
Age: 18 ans
Sexe: Masculin
Taille: 1 m 86
Poids: 84 kilo

-DÉTAIL DU SHINOBI-
Spécialité & Affinité: Kekkai Genkai, Inuzuka.
Village Actuel: Konoha
Village d'Origine: Konoha


HISTOIRE
----------




Chapitre 1: Tourmente

Déchiré, saccagé. Déchiqueté, comme une poupée de chiffon. Détruit et incendié, comme une vulgaire ‘chose’. Battu, tabassé, écrasé. Humilié, lynché et maintenant : réduit à la plus total des solitudes.
Je ne savais plus quoi pensé. Je ne savais plus si le temps passait correctement, je ne me rappelais plus combien d’heure, ou combien de semaine j’avais passé la, assis, sans bouger, les yeux dans le vide à recevoir des visites toute plus douloureuse les unes que les autres. Je ne savais plus penser correctement, je ne savais plus voir les gens de haut, comme je le faisais avant. Je n’arrive plus à les regarder avec indifférence. Suis-je étrange ? Et eux ? Pourquoi me regardent ils tous en fuyant ? Pourquoi ne me regardent ils pas dans les yeux ? Pourquoi pleurent ils ?
Je ne suis pas mort pourtant, du moins, je crois ne pas l’être. Un soupire m’arrache la gorge et je tourne le regard vers la fenêtre. « Ah ! Inuzuka-san! » Je tourne la tête, observa le petit bout de femme qui venait d’entrer dans la chambre. Elle était belle, pas très grande, mais belle. Une longue chevelure emmêlait ornait ses étroites épaules. Elle avait une jupe longue retombant en dessous de ces genoux, de petit bottine à talon claquant. Elle avait des yeux sombre mais cette fois, ils étaient caché derrière de petit lunette aux verres noirs. De fin sourcils ornaient son visage triangulaire, de petit lèvres aux grands sourire protecteur. A sa main la jeune femme tenait une cane sombre.
Je ferma les yeux, tournant encore la tête vers la vitre.
Cette femme était la femme la plus courageuse que j’avais pu voir jusqu’à aujourd’hui. Ex Ninja, elle était à présent aveugle à cause d’une technique alliée qui s’était mal dérouler. Mais, elle semblait être bien plus forte que bien d’autre femme que j’avais pu voir jusqu’à présent.
- « Comment avez-vous … »
- Pu vous reconnaitre ? Votre odeur voyons!
- Ah ? »
Je tourna les yeux vers elle, l’observant bouger vers moi.
- « Je croyais que vous deviez sortir hier ? »
- Je n’ai nul par où aller. » Abruti par mon état, mes mots m’échappaient. Je ne les contrôlais plus, ils s’extirpaient de ma gorge, elle soupira et s’approcha de moi. J’entendais sa cane taper le sol, mon chien jappa, elle sursauta.
- « Ah? Je ne savais pas qu’il avait pu monter! »
- Mm… »
Cette femme en savait bien plus long que se qu’elle n’en disait et j’étais sur que se n’étais pas son état à elle qui lui en apprenait autant. Elle devait avoir des informations. Je ne sais comment, mais au final je m’en fichais. Elle s’approcha encore de la ou je reposait presque toute la journée, posant une main maladroite sur le dossier de mon fauteuil pour laissant glissait celle-ci vers moi. Elle posa ses doigts ganté sur mon épaule et me dit, un sourire dans la voix.
- « Ne vous en faites pas. Vous avez fait votre devoir n’es ce pas ? »
Les mots écorchèrent mon oreille, je se détourna, grognant. Son chien se redressa. Ses grosses pattes frappant le sol et grattant le carrelage. Il s’étira calmement et approcha de son maitre posant sa gueule démesurément grande sur la jambe de se derniers, poussant un attendrissant gémissement. Je l’observa faire, mais … Je ne sentais que très peu son corps sur ma cuisse. Je ferma les yeux portant tout de même ma main vers le museaux de mon chien pour le caresser.
- « Se n’est pas mon devoir que j’ai fait cette nuit là. J’ai juste fait se que je pensais bon. »
Elle fit un ‘oh.’ dont je ne put rien déchiffrer. Et elle tâtonna derrière moi pour trouver un autre siège où elle s’assaillait parfois. J’entendais son souffle a coté de moi et je sentait l’odeur de fleur qu’elle portait. Si forte qu’elle m’en aurai presque donner la nausée dans se lieux aseptisé. Je pencha la tête sur mon chien, posant mon front contre le sien et laissant mes cheveux tombé dans son pelage foncé et bicolore. Il était beau, d’un gris parfois clair et parfois foncé avec le vendre et les pates d’un noirs profond.
- « Vous ne m’avez jamais raconter. » dit elle enfin. Je lui répondis, d’un même ton grave:
- « Vous non plus. » Elle eut un léger rire. Et posa son coude sur le rebord de la fenêtre tournant son visage, comme si elle pouvait voir, vers l’extérieur. Sentant sans doute la douce et agréable chaleur que portait le soleil a travers les vitre fermé.
- « J’étais simplement en mission, il y a longtemps et je voulais protéger mes alliés. Malheureusement ça a mal tourné. Fin de l’histoire. » Un autre rire sonna dans la piece. Je redressa le buste, posant mon dos sur le dossier et parlant enfin:
- « J’étais en mission, il y a peux, je voulais protéger quelqu’un. Et sa a mal tourné, fin de l’histoire aussi. » La jeune femme se mit a rire doucement elle bougea la main portant celle-ci sur mon épaule.
- « Vous avez donc un peu d’humour monsieur Inuzuka! »
J’eut un leger sourire, portait par un soupire et je ferma les yeux. J’étais là depuis quelque semaines maintenant et je la voyais souvent vagabondait ici et là. Portant par la seul vibration de sa cane.
- « Vous savez, nous avons beau être d’ex shinobi, nous pouvons encore faire bien des choses. » Pas moi, pensais je a se moment là.
- « Oui. » Lui répondis je pourtant, blessant encore mon âme d’un énième mensonge pour protéger les autres de ma mauvaise humeur et de mon tempérament survolté.
- « Cela sonne faux! » Dit elle enfin, après quelque seconde de silence.
- « Vous avez encore vos yeux, votre chakra, vous avait encore votre esprit et vos bras. Vous n’avez pas tout perdu. »
Dit elle doucement en serrant un peu plus fort mon épaule. Je leva les yeux vers elle, observant son visage qui n’était pas si beau que cela, vu de près et surtout après de tel propos. Elle continua pourtant:
- « Vous pouvez encore faire bien des choses de votre vie! »
Mais l’énervement et l’orgueil me frappèrent de plein fouet, je lui répondis donc, d’une voix douloureuse et mordante :
- « Je suis un Shinobi. Membre du clan Inuzuka, experts en élevage d’animaux et en apprentissage en duos. Je me sert de mon corps entier pour exercé ma profession. » Les mots glissèrent sur mes lèvres, tranchant avec vice, elle ne bougeait plus et je lui rétorqua encore :
- « Vous au moins, vous avez encore vos jambes pour n’avoir besoin de personne. » Elle ne répondit pas. Et bien heureusement pour mes oreilles déjà a vif de ses mots aigu et strident. Je ferma les yeux, poussant un soupire et caressant toujours le chien dont la tête était sur mes genoux. Mais, la jeune femme ne se priva pas de me répondre, après réflexion :
- « Vous avez tout de même le savoir qui découle de votre clan et de vos expériences. Pourquoi ne pas entrainé des chiens puisque vous semblez savoir si bien le faire! »
Je haussa un sourcil. Portant mon regard sur elle.
- « Les gens comme moi, par exemple, en aurait bien besoin pour les guider et les mener dans les rues sans rencontrer un mur ou un poteau. » Et personne ne pouvait savoir à quel point le clan Inuzuka se séparait de chiot née sans le consentement de qui que se soit. Née alors qu’il n’aurait jamais du exister. Parfois de très bon chiot, parfois de plus frêles et fragiles. Si … Si je pouvais les récupérait peut être que .. Je pourrais faire quelque chose de moi.
- « Vous avez raison. » Fis je enfin. Peu convaincu tout fois des propos de la dame aveugle. Et pourtant, elle n’avait pas tord dans le fond, et peut être … Peut être que tout ceci me permettrait de tourner la page sur le monde Shinobi, tout en douceur.

Un sourire éclaira mon visage, je baissa les yeux sur l’animal a mes pieds il poussa un grognement plaintif. Exigeant sur le grattement de son oreille droite. Mais … Je lisais dans les yeux de mon animal la même satisfaction que celle qu’il devait voir dans les miens.
- « Je vais sortir d’ici. » Dis-je enfin.




Chapitre 2: Nostalgie



La femme sembla sourire derrière moi, je pouvais la sentir rayonner et elle se leva, attrapant les poignets de mon fauteuil roulant pour nous mener vers l’extérieur de la pièce guider et poussé par mon chien et par moi-même.
Au fond, je savais que je n’avais pas besoin de lui dire merci, que j’aurai sans doute d’autre haut et d’autre bas et qu’il est bien trop tot pour me sentir mieux ou non concerner par mon propre malheurs. Mes ‘roulettes’ nous menait dans les couloirs trop blanc, mais, elles me mèneraient sans doute bien après cela, me portant pour toujours peut être même. Oui parce que elle, elle avait perdu ses yeux par la faute d’un allié. Mais moi, moi j’avais perdu mes jambes. Par la faute de personne, j’avais juste eut un élan que je n’avais pas contrôlé, qui avait faillit faire perdre la vie a plusieurs personne au lieux d’une seul. Mais, je n’avais aucun regret la dessus : j’avais pu protéger la seul personne qui était chair a mon cœur : Mon frère jumeau. Les couloirs blanc de l’hôpital semblait vouloir me rappeler notre enfance, à lui et à moi. Pas vraiment heureuse, pas malheureuse non plus. Juste une enfance chamboulé par un clan aux mœurs étrange.
Le clan Inuzuka. Sans doute pas le clan le plus prestigieux de Konoha n’y le plus sombre ou le plus lumineux. Juste un clan parmi d’autre avec ces particularités et ces principes. Et l’un des grands principes du clan c’était l’Honneur et la fierté parfois extrapolé d’orgueil et à d’autre moment se plongeant dans le sang et les grognements. Oui, le clan Inuzuka est un clan violent. Même au sein de ses propres membres.

C’était ma mère qui était une Inuzuka, enfin, je crois, car je n’ai jamais vu le chien qu’elle possédait ou qu’elle aurait dut avoir. Tel une chienne, ma mère s’était faite baisé par un mal, qui était ensuite partie. La laissant seul, enceinte. De fut elle seul qui me donna mon nom, bien peux original de : Kazuichiro. Qui pouvait signifier Harmonie ou premier fils. Mon frère, mon frère jumeau prit le nom de Jiro. Second fils. Je ne sais pas pour lui, mais moi je n’avais jamais aimer ces noms. Le premier et le second, qu’es ce que cela voulait dire ? Était il toujours destiner à être derrière moi ? Plus maintenant de toute façon. Il pouvait brillait. Même en portant le nom du second. Mais pour moi, il avait toujours était le 1er depuis que nous sommes née et alors même que notre mère nous portait. Pourtant elle ne savait pas que nous étions deux. Enfin pour moi nous n’avions toujours fait qu’un. Et même si le temps nous avait rendu différent, nous étions toujours la même personne synchronisé dans un même élan. Mais je crois que, maintenant, nous ne cesseront plus de dévier chacun dans une direction différente.
Bref, notre enfance ne fut donc pas tout rose, mais peut importe, pour moi, elle était heureuse, j’étais toujours avec mon frère et c’est tout se qui importait.
Nous avons eut nos chien bien plus tôt que la moyenne Inuzuka, surtout parce que nous avons réclamer, tout deux, la garde de deux chiot qui venait de naitre au sain du clan. Un femelle qui, comme notre mère, c’était faite mettre en cloque par un chien bâtard qui avait trainé dans les rues. Deux petit chiot était née deux chiots qui n’avait pas de naissance Inuzuka et qui se serais sans doute fait rejeter et vendre si nous n’en avions pas voulu.

Il a était difficile pour moi d’élever mon chien. Trop frustré, trop dissiper et trop orgueilleux, il n’avait, a l’origine, aucune envie d’être soumis au clan Inuzuka ou même a qui que se soit. Et un chien ne doit pas être un ami, au départ, il doit être dresser d’une main de fer. J’étais trop jeune pour comprendre, pour moi, cette animal était mon ami, il devait être important et on ne m’avait jamais montré comment on éduque une bête qui est sensé devenir votre meilleur allié en combat. Comment aurait je pu comprendre a cet âge la valeur d’un chien en combat ? Et pourtant, le chien comprit la mienne lorsque je le protégea d’autre chien du clan, me plaçant moi-même entre les bêtes. Faisant un mur de mon corps. A cette époque je le pouvais encore. Mais maintenant, tout cela me serait bien difficile. Bref. J’avais donc gagner sa confiance avant même qu’il ne gagne la mienne, et je dut avoué que suite ça le chien devint bien plus dociles et se mit enfin a tenter d’apprendre les choses que je voulait de lui. C’était un chien au caractère dominant et d’une extrême intelligence. C’était justement pour cela que nous n’étions pas compatible, au début de notre relation. Comment un chien intelligent peut il se laisser berner par un gosse ? Il comprend très vite que le gamin n’est qu’un jouet pour lui. Et pourtant, c’était moi, le gamin, qui l’avait protéger des autres chiens. Parce que ces chiens étaient aussi très bien éduquer et qu’il n’attaquait pas les enfants, évidement. Mais le chien ne comprit pas les choses de la sorte et il se soumit enfin a celui qui le protéger : moi. Il nous fallut pourtant encore du temps pour nous faire l’un a l’autre. L’apprentissage des choses de la vies passer très bien, l’apprentissage des activités ninjas étaient déjà beaucoup plus longue et tordu a apprendre. Vous imaginez, amené mon animal à l'académie ninja? Un chien qui ne tien pas en place, qui est brutal et dominateur ?
Et bien moi je n’avait pas vraiment le choix et lorsque l’animal faisait des bêtises, c’était moi qui me faisait gronder. Je ne le portais donc pas dans mon cœur, je crois même avoir regretter de l’avoir eut. Mais, j’aurai fait une bien belle erreur de le quitter, heureusement que j’avais sut prendre mon mal en patience et continuer avec lui.
Notre confiance réciproque ne fut pas faite immédiatement, pour lui, elle était installé, il avait confiance en moi depuis que je l’avait soigné et protéger mais moi. Moi je ne faisait confiance qu’en mon frère! Je n’avais pas de père et ma mère nous avait presque rejeter alors, a par mon frère, je n’avais jamais eut rien d’autre. Mais se fut lorsque je me retrouva pour une rare fois seul que je compris l’importance qu’avait cette animal pour moi. Lorsque ma mère, dans une énième crise de folie, nous sépara dans la grande demeure Inuzuka en nous interdisant de nous voir. A chaque fois c’était la même choses, parfois c’était moi qui restait a la maison avec elle, parfois c’était lui. Et cette fois, se fut lui qui fut choisie pour partir. A chaque fois c’était tout une douleur, toute une horreur. Je me retrouvais loin de chez moi avec un vieux Inuzuka qui avait tout perdu il y longtemps qui ne pratiqué plus l’art ninja depuis des lustres. Mais pour un enfant, même si c’est faux, même si je comprit quelque année plus tard qu’il ne s’agissait que de quelque jours, dire adieux a sa mère et une choses horrible. Et a chaque fois nous la subissions. A chaque fois elle nous torturait un peu plus. Mais je l’aimais a cette époque.
Se fut une nuit étrange donc ou je comprit qu’elle mentait qu’elle était simplement dingue. J’avais mon chien avec moi j’attendais devant la porte d’entrer, comme a chaque fois, qu’elle revienne me chercher. Mon chien était là, nous étions en hivers et la neige c’était mise a tombé. Mais j’avais les yeux braquer sur la fenêtre encore allumer de mon frère. Viendrait elle me chercher se soir ?
La neige tombait donc depuis un long moment lorsque la prote dans mon dos s’ouvrit avec le vieillard qui était là, debout sur sa cane. Il posa ma main sur mes cheveux déjà long attacher dans mon dos. Il me dit doucement: « Ton chien va mourir de froid si tu ne rentre pas. » Puis il se retourna, laissant la porte entre ouverte. Je baissa enfin les yeux pour observait le petit chien au pelage tricolore et au fin et long museaux tout blanc. Ses longues oreilles était rabattu sur sa tête. Il grelotait. Et je n’avais même pas fait attention. Je ne lui avait même pas prêter attention alors qu’il était la, ses pates gelaient et ses oreilles frigorifiaient. C’est a cette instant que je pu comprendre une chose très importante. Mon frère mise a par, je ne pouvais compter que sur mon chien. Lui, il serait toujours là, lui il ne m’abandonnerais jamais. Même si il avait froid, même si il avait mal, même si je ne faisais pas attention à lui. JE suis donc rentré. Et j’ai enfin pu comprendre qu’il y avait autre choses que ma mère et la maison Inuzuka. Qu’il y avait d’autre gens pour m’apprendre des choses qui me serait sans doute très utile.
Lorsque je n’étais pas a l’école, je passez une grande partie de mon temps chez cette homme avec mon frère. Il nous apprenait comment élevé nos chiens, comment leurs montré notre affection et comment prendre soin d’eux. Cette homme avait perdu son chien il y a longtemps et il semblait ravie d’en avoir quatre nouveau chez lui. Parce qu’il n’y avait pas que les chiens a avoir de drôle d’attitude animal, il y avait bien sur nous, comme tout les enfants Inuzuka. Mais le vieille homme était d’une grande patience avec nous.

Notre enfance se passa donc ainsi. Trainer d’un foyer a l’autre. Je me souviens même avoir parfois espérer que notre ‘mère’ nous dispute pour que je parte chez le vieille homme. A un âge où je ne pouvais pas comprendre en quoi cela était dérangeant de partir ainsi, parfois.


Plus tard, l’examen Genin se présenta a nous, nous qui avions travailler dure pour cela. Se ne fut donc qu’une formalité. Un stresse, pour ne pas décevoir notre mère surtout. Se qui ne fut pas le cas. Nous avions déjà 12 ans, comme beaucoup d’enfant à Konoha, lorsque nous avions passez l’examen, réussit avec brio. Nous n’étions pas les meilleurs et, evidement, deux Inuzuka dans la même équipe ça ne fait pas bon ménage. Nous avions beau être jumeaux, nous n’en restions pas moins des Inuzuka et même si nous aurions pu créer bien des techniques en duos, nous ne pouvions être de la même équipe.
A cette époque je ne comprenait pas bien, j’étais en colère et je n’attendais qu’une chose : rentrer chez moi pour apprendre se que mon frère avait apprit et inversement. Nous étions séparé parfois quelque jours dans nos missions et il me manqué énormément.
Mais maintenant je comprend mieux pourquoi le 3em nous avait séparé, c’était bien plus sain pour notre évolution. Ainsi, nous pouvions enfin évoluer chacun de notre coté tout en se rapportant les choses. Et puis pour un sensei avoir de copie exactement identique dans une même équipe, il y a de quoi s’embrouiller. Maintenant nous pouvions prendre une identité qui nous est propres et non pas nous mêler l’un a l’autre. Et, fort heureusement, les sensei de nos deux équipes était très proche, et nous nous retrouvions parfois pour nous entrainer.

Ah oui. Mon équipe…

Elle était composé de trois garçons de presque le même âge. Moi, l’Inuzuka, pas le plus turbulents mais pas le plus attentifs non plus. Il y avait Kane Katashi, un petit jeune homme blond plutôt frêle mais qui avait une tête sournoise et qui avait beaucoup de fond dans les idées. Il aimait élaborer des tours et des stratégie et j’aimais l’y suivre. Se qui ne m’étonna pas c’est que lui aussi avec un jumeau. Ou plutôt, une sœur jumelle. Lui aussi il était deux, peut être que c’était pour cela qu’il se retrouver dans mon équipe. C’était un garçon espiègle et taquin, qui ne m’avais jamais fait de tord : droit et fier. Le troisième garçon portait le nom de Kaito. Kaito était un garçon assez grand, enfin, a cette époque. Il avait des cheveux cour d’un bleu foncé. Il portait dans ses yeux des traces de respect et de hiérarchie. Le plus attentif de nous tous, le plus droit et le plus étrange a mes yeux. Au départ, je n’avais pas grande confiance en eux, il nous fallut attendre notre premiers mission, à l’intérieur même de Konoha pour nous faire les uns au autres. Les entrainements n’y faisant pas, notre chef d’équipe avait prévu une petit mission pour nous ou il ne pouvait « pas » nous y rejoindre. Nous allions donc nous employer a celle-ci seulement nous trois alors qu’aucune sympathie n’existait à cette époque. Mais il allait bientôt y en avoir une.

[…]

La grande porte s’ouvrait sous mes yeux et l’éclat flamboyant du jours perça ma rétine trop sensible a mon gout. J’avait passer trop de temps, là, replier sur moi-même a me convaincre que plus rien ne serait bon pour moi. J’avais passer trop de temps à me demander si je devais mourir ou non. J’avais passer trop de temps sans sentir la fraicheur du monde et sans toucher l’herbe de mes doigts. J’étais un shinobi, et je ne comptais pas déserté mon statue juste parce que je ne pouvais plus marché. Il y avait bien des choses à faires pour protéger le village. La dame au dessus de moi se pencha sur mon épaule, caressant ma joue de ses cheveux verdoyant. Elle me murmura avec douceur, dans un souffle presque inaudible:
- « Vous savez, moi, depuis que je suis aveugle, j’ai fait beaucoup d’éffort. Et maintenant, je fais partie de la section spécial ANBU.
La chose me surprit, sans vraiment me surprendre. Elle avait dut s’adapter, faire des choses que quelqu’un qui voyait ne pouvait pas faire. Comment en était elle arrivait là ? Je ne le savais pas, mais j’espérais faire preuve d’autant d’ardeur qu’elle. Lavant les doigts, je posa ma main sur sa jour, attrapant sa tignasse verte. Je lui murmura à mon tours:
- Merci. »
Elle eut un sourire, se redressa puis passa enfin les portes de l’hôpital. Se qui m’attendait devait ces portes était de bonne augure. Le vieillard qui m’avait accompagner une bonne partie de ma jeunesse était là. Plus radieux encore que lorsque j’avais eut ma promotion Genin. Il souriait, j’aurai presque pu voir des larmes coulaient de son visage si j’avais était un peu plus près. Il approcha, aida la jeune femme a descendre ma cage qui allait bientôt m’être une force. Et, s’abaissant devant moi, il me dit, d’une voix ému:
- « quelque ‘cadeau’ pour toi.
Il se tourna. Siffla, et mon chien grogna, affirmant sa présence tout en se redressant. Devant moi, il y avait deux chiens. L’un plus petit que l’autre, la langue pendouillant dans sa gueule. De petit pattes pour un corps que j’aurai facilement qualifier de potelet. Quelque taches rouquines sur un pelage d’un blanc nacré, un bandeau autours du cous, rouge, avec une feuille se peignant sur se dernier. Son museau était noir et ses yeux couleur rubis brillaient d’un éclat taquin et joueur. Il possédait une queue longue pendant le sol derrière lui d’une même couleur rousse que les taches sur ses oreilles.
- Celui là est … Un peu stupide.
Le chiot pencha la tête sur le coté, la langue toujours pendante et baveuse. Un sourire s’afficha sur mon visage. Je tourna la tête vers l’autre chien, beaucoup plus massifs en taille et en gabarit. Il était bien plus grand que mon propre chien, sa couleur blanche très pure me rappeler les neiges des terres de Yuki. Mais ses yeux noirs brillant et chaleureux portait l’ardeur d’une jeunesse non taris.
- L’autre est très jeune mais il est si grand qu’on ne peux pas le donner à un enfant.
Deux chiens qui n’avaient pas leurs places dans la maison Inuzuka à cause de choses qui n’avait rien àvoir avec eux même. C’était seulement deux chiens qui n’avaient rien fait de mal, mais qui avait un potentiel dangereux ou inapte à l’apprentissage. Je ferma les yeux, posant ma main sur le front de mon propre chien. Puis, je les ouvris observant mon chien.
- Alors Kirei, lui murmurais je, qu’en pense tu?
Le chien jappa, battit de la queue. Il semblait partant pour débuter cette nouvelle aventure en ma compagnie. Je lui souris et j’hocha la tête.
- Très bien. Se seront mes chiens.
Le plus petit des deux nouveaux s’approcha, sautant sur mes genoux pour frotter sa tête contre mon torses. Ma main alla naturellement a sa rencontre pour le soulever et l’observer de plus près. La langue toujours pendante et la queue battante, je pu observer d’un peu plus près son pelage et sa musculature. Et, se que j’avais prit pour du gras était si ferme qu’il m’en impressionna presque pour une si petit bête. Cette épaisseurs sujette au rire n’était en fait que du muscles. Un muscle ferme recouvert d’un poil dru et hérissé. L’autre n’approcha pas, restant la où il était,lui aussi, semblait plein de satisfaction. Il se baissa sur le sol, posant sa truffes sur ses pattes. Mais n’approchant toujours pas.
- Tu peux venir vivre chez moi. Mon terrain est bien asse grand pour accueillir tout les chiens que tu voudras.
Dit le petit vieux en s’approchant de moi et en prenant le tout petit chien par la peau du dos pour le reposer par terre.
- Une chambre t’y ai toujours réservé.
Un sourire de vieillard défraichi se dessina sur ses lèvres gercé par le temps. Sa cane en main, son autre main sur sa hanche.




-DÉTAIL SUR VOUS-
----------


Surnom: /
Age: /
Parrain: /
Code présentation:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chii Yachou
Juunin d'Ame


Messages : 68
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Kazu Inuzuka EN COUR   Lun 14 Nov - 17:22

Bienvenue à toi sur NNS! (DC peut-être ?)
Je te souhaite bonne chance pour ta fin de présentation (fini peut-être ?)
On attends plus que le code avant validation.
A plus tard! Bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuichiro Inuzuka
Juunin de Konoha


Messages : 3
Date d'inscription : 22/10/2011

MessageSujet: Re: Kazu Inuzuka EN COUR   Lun 14 Nov - 19:13

Non pas fini, j'attend de voir la présentation de mon frères, corriger les incohérence et les fautes d'orthographe, et ensuite se sera bon. Mais Non se n'est pas encore fini. Mais Merci quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du jeu
Immortel Errant


Messages : 268
Date d'inscription : 08/08/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Kazu Inuzuka EN COUR   Sam 3 Déc - 21:37

Je valide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutonoseitan.forumgratuit.org
Hashirama Senju
Immortel d'Ame


Messages : 97
Date d'inscription : 22/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Kazu Inuzuka EN COUR   Ven 6 Jan - 18:30

Up pour la Fiche Technique ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kazu Inuzuka EN COUR   Aujourd'hui à 2:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazu Inuzuka EN COUR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» cour des rois déchus
» 1er Cour d'Etude des Runes: Découverte!
» Socle Gardes de la Cour de la Fontaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Archives :: Archives :: Archives Rôle Play-
Sauter vers: