Partagez | 
 

 In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Lun 2 Jan - 21:49

Igawa serrait nerveusement les dents tandis que ses doigts habiles s'afféraient à la confection d'un détonateur. Si ses capacités cognitives laissaient à désirer on ne pouvait cependant pas douter de son incroyable talent lorsqu'il s'agissait de faire exploser des trucs. Son dernier chef-d'oeuvre remontait à la guerre lorsque un pan de montagne tout entier s'était effondré sur une centaine de ces hommes légumes que au service l'akatsuki. Essayer de prendre le contrôle du monde avec des plantes, voilà un concept assez hippie pour une organisation criminel de renommée mondial. Toujours était-il que mon pote s'y connaissait dans la maîtrise des explosions qu'il élevait au rang d'art. Se drogué affirmait agir au nom de l'art même et se considérait comme un artiste à par entière. Il passait le plus clair de son temps à nous baratiner avec ses délires philosophiques. « L'art se doit d'être éphémère, telle une explosion » qu'il disait, jusqu'à ce que Hash, n'en pouvant plus de toutes ces conneries, lui décrocha une superbe mandale, transformant ainsi son visage en une parfaite représentation de l'art contemporain. Depuis la pose de ses trois plombages il n'ose même plus ouvrir la gueule en présence de la lady, même s'il ne manque pas de repartir dans son tripe après avoir transformé d'imposants édifices en tas de gravas fumant en quelques secondes. Je ne comprenais pas ce type, ce devait être un trait de caractère propre aux mecs d'Iwa. Cependant, j'éprouvai moi aussi une certaine jouissance en appuyant sur un bouton pour ensuite voir tout un pâté de maison voler en éclat. Une fois de plus Igawa allait nous faire part de l'étendue de sa passion lors d'une mission à hauts risques.Je le vis effectuer les derniers branchements avec application tandis qu'il me présentait ce détonateur avec une fierté non dissimulée. Je vis Hash lui lancer un regard assassin alors qu'il souriait, mal à l'aise, révélant ces trois dents de plomb. Je fis un signe de paix ironique entre les deux protagonistes afin de calmer le jeu. Bien que particulièrement canon la lady possédait le caractère le plus impulsif du groupe. Autant dire qu'il valait mieux éviter de la chatouiller.

Cette petite confrontation réglée, nous pouvions passer à la suite du plan. Le contexte était simple. Nos informateurs nous avaient signalé qu'un important seigneur devait traverser le pays du feu pour se rendre à Konoha. Nous comptions profiter de ce trajet pour lui mettre la main dessus et ainsi réclamer une petite rançon. Le seul problème venait de l'importante escorte qui assurait sa sécurité. Nous avions cependant prévus le coup. Ce même problème serait réglé par les cinquante kilos d'explosifs disséminés de parts et d'autres de la route. Celui-ci les avait placé de sorte à éviter que la calèche transportant le seigneur ne saute avec tout le reste. Une fois la confusion installée et les lambeaux de chair retomber, nous pourrions intervenir et laisser le temps à Yenshi d'utiliser sa technique fantôme pour réquisitionner le vioc. Si tous se passaient bien la garde aurait tout juste le temps de comprendre qui les attaquait. Dans le cas contraire nous avions prévu d'improviser. Aussi, nous partîmes tous les six en direction de la zone sensible. Kutaka nous quitta en chemin pour rejoindre son poste d'observation. Amusé, je ne cessai de penser au magnifique feu d'artifice qui nous attendait, Igawa aussi, mais pas exactement pour les mêmes raisons. Excité comme une puce, Hash le remit en place d'un regard coup-de-couteau. J'allumai ma clope d'avant la baston tout en m'asseyant sur un rocher, au sommet de cette falaise située à une centaine de mettre du terrain minée. Tirant quelques bouffées, prêt à savourer cette baston. Je pensai également à toute l'oseille qui nous attendait et de la façon dont je pourrai la gaspiller dans possessions matérielles inutiles. Soudain, le cri d'un aigle déchira le ciel et le rapace s'envola dans toute sa superbe. Il s'agissait du signal de Kutaka. Et dire qu'à côté de son piaf, je devais supporter Shobi.

« J'ai entendu. »
« Ta gueule »

Aussitôt nous nous cachâmes, attendant patiemment l'arrivée de ces petits boeufs prêts à se faire réduire en charpie à l'abattoir. Finalement nous pûmes les apercevoir. Et pas des moindres. Près d'une vingtaine de Shinobi escortaient le seigneur. Nous possédions l'avantage de détenir un équipement dernier cri grâce à notre trafic d'armes. Ils ne s'attendraient pas à ce que nous puissions faire exploser nos charges à une telle distance. La main d'Igawa tenant le détonateur tremblait. J'espérai que l'excitation de ce con n'allait pas tout faire foirer, sinon il pourrait compter sur moi pour lui enfoncer son appareil dans le cul. Me disant cela, je pensai que j'aurai mieux fait de le lui prendre. Appuyer sur le bouton aurait été si plaisant. Enfin la calèche se positionna à l'endroit exact où l'explosion ne pourrait point le toucher. Je tirais sur ma clope et rejetai la fumée par les narines, satisfait de la tournure des évènements.

-Je crois qu'on peut y aller. Let's Rock !




Un simple clique, puis les explosions retentirent dans une série de grondements assourdissant. Je vis l'autre abruti hurler de joie tandis que nous nous élancions tous les quatre dans la bataille. D'autres explosions retentir soulevant d'imposants nuages de poussières à mesure que de petits cratères se formaient tout autour du convoi. Une pluie de gravillon chuta sur nous, mais nous ne nous arrêtâmes pas pour autant. La confusion se trouvait à son comble ; c'était le moment ou jamais. Je me dirigeai vers l'endroit où devait se situer calèche, suivi de près par Yenshi. Les autres se contenteraient de faire diversion. Je dégainais mon katana et envoyai une bourrasque futon dans la fumée pour l'écarter. Je pus apercevoir une ombre non loin de la calèche qui devait être un des gardes. Quoi que plutôt petit... Déjà je voyais ne plus Yenshi qui venait d'utiliser sa technique. Le souffle haletant et le coeur emplit d'une intense frénésie je m'apprêtai à prendre le premier garde par derrière. Qu'est-ce que cela pouvait être bon, que de se sentir dans le feu de l'action.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Mar 3 Jan - 11:52






Amour de tendresse,
Amour de haine,
Libère moi de tes caresses,
Libère moi de ces chaînes…

J’en appel a ma rédemption,
Laissez moi en zone de purification.
J’ai été souillé par un corbeau ébène,
Moi la louve entravée par la peine.


Et malgré son attitude,
Et son côté rude,
Mon cœur bat pour lui
Même quand coule la pluie…


J’avais été affecté à une mission classique mais non moins importe : l’escorte d’un seigneur a travers le Pays du feu jusqu’à Konoha.
Le genre de quête qui alléchait les brigands car la réputation des nobles concernant leur richesse n’était plus à faire.
Jusqu’ici, la traversée s’était déroulée sans encombre. J’avais été placé devant la calèche pour une raison purement stratégique. J’étais la seule Inuzuka et donc la seule à posséder des sens plus aiguisées que la moyenne. Me placer en tête du cortège me permettait de suivre l’évolution de notre avancée par rapport au changement de l’environnement qui nous entourait. Et justement il changeait.
J’étais sur mes gardes et Yume aussi, nous avions toutes deux perçus l’ajout d’effluves. Tout d’abord dans le sol, il régnait une odeur de poudre peut réjouissante. Je fronçais les sourcils et fit un « V » avec deux de mes doigts, dans mon dos, pour le signaler au reste du groupe. Nous nous étions mis d’accord sur un code en cas de danger potentiel. Puis, toujours dans mon dos, je dirigeais mon index vers le sol pour indiquer la position de l’éventuelle menace.
Elle n’était d’ailleurs pas seule puisque je pouvais sentir la présence d’un homme également. Il nous surplombait sur des côtes rocheuses particulièrement hautes. J’avais pensé un instant que la poudre était veille et indiquait simplement un ancien champ de bataille mais la présence de celui-ci me faisait prétendre le contraire d’autant plus qu’une odeur aigre de tabac pouvait également se faire sentir.
Nous avancions toujours prudemment, à pas de loup mais toutefois avec une attitude décontractée pour ne pas signifier à l’ennemi que nous les avions repéré. Car oui au fur et a mesure que nous marchions, je sentais la présence d’autres hommes ils devaient être 5 ou bien 6 et ne devaient être que des malfrats en quêtes de ryos. Ils n’étaient peut-être que des brigands cela ne signifiait pas pour autant qu’ils ne savaient pas se battre où n’étaient pas dangereux, ils étaient sans aucun doute des shinobis.

Soudain, nous nous immobilisâmes sous l’ordre du seigneur qui exigeait une pause. Je voulais l’en dissuader étant donné la menace qui pesait sur nous mais ce dernier ne voulait rien savoir. Je vous jure je ne comprendrais jamais les riches et leurs exigences sans logique…
Je serais les crocs, il était évident que l’attaque serait imminente et toute la vingtaine de ninja que nous étions pour protéger ce vieux snock l’avait compris et commençait a se mettre en formation quand tout à coup, cela commença…

♪♫

Des détonations retentirent, faisant onduler le relief avant de le laisser se fracasser à nos pieds. La cacophonie devenait assourdissante pour mon ouïe fine. Entre la panique du seigneur et des chevaux hennissants et se cabrant à tort et à travers, la poussière qui m’obstruait la vue et le rire cynique d’un bouffon perché à ma droite à une centaine de mettre environ de moi vue la clarté du son.
Je ne pouvais pas foncée tête baissée vers eux, il fallait que je m’occupe de protéger le seigneur car c’était leur cible c’est pourquoi j’étais prête à me jeter dans la mêlée quand je sentis une présence s’approcher rapidement de derrière moi.
Je fis volte-face et lui décrocha une superbe droite notamment avec le creux de mon coude, concentrant mon chakra dans mon bras.

« - Lariat !! »

Mon assaillant, prit au dépourvu, n’eu d’autre choix que de subir mon coup bien senti avant de ricocher contre les arbres pour finalement en voir un lui tomber sur le coin du crâne. Je n’avais pas eu le temps de détailler son visage mais le peu que j’en avais vu m’avais laisser supposer qu’il m’étais familier mais je n’avais pas perdu de temps non plus à observer la scène car déjà je me ruais vers le seigneur qui se débattait dans le vide, un shinobi capable de se rendre invisible… Fort bien mais face à un Inuzuka cela était d’aucune utilité je percevais son odeur et savait exactement où il se situait. Ma chienne se ruait sur invisibleman tandis que je lui lançais des Kunais qu’il évita mais je sentais bien qu’il avait relâché sa prise sur le vieux.
Je sentais l’adrénaline du combat me gagner c’est pourquoi j’effectuais une technique propre a mon clan : Shikyaku no Jutsu.
Mon chakra s’étendait autour de mon corps tout entier, me donnant une vélocité accrue. Mes ongles devinrent des griffes et mes canines des crocs bien aiguisés.
Je me ruais rapidement sur l’homme sans matière et effectua une vrille rapide en direction de mon adversaire, en solo, sans ma chienne : Tsuga.
Je réussi à le toucher du fait de ma vitesse développée et l’éjecta plus loin, je pus enfin voir son visage mais ne m’attarda pas sur ce détail car déjà je plantais mes griffes pointues dans le torse de mon adversaire, en y laissant des traces sanguinolentes. L’homme avait hurlé de douleur et ça n’en fut que plus jouissif encore. Les êtres de son espèce ne méritaient pas de vivre, ils n’étaient que des raclures se foutant royalement des lois et qui ne pensaient qu’à s’enrichir ou gagner en pouvoir. Je n’étais plus l’Hikari d’autrefois. Je n’étais pas non plus une guerrière mais j’avais changé…

Des anbus prirent soin d’emporter le seigneur avec eux, profitant de l’agitation et de la voie libre à mes côtés pour disparaître à vive allure.
Je savais désormais que le seigneur était en sécurité mais nous ne pouvions pas en dire autant de ses effets personnels restés dans la calèche. Il nous fallait nous débarrasser de ces vagabonds au plus vite. D’autant plus que les chevaux, complètement paniqués avaient commencer à s’enfuir après s’être détachés du chariot. Yume s’occupait de les rattraper comme un bon chien de berger avec ses moutons.

L’homme que j’avais envoyé baladé sous l’arbre avait l’air assez remonté, je le voyais dégainant son katana et transpercer l’un des miens avec celui-ci. La poussière retombait lentement mais sûrement, il était toutefois difficile de voir clairement ce qu’il se passait. Je m’avançais rapidement vers lui, toute griffes dehors et sauta en l’air a peu de distance pour lui asséner un Konoha Senpuu en pleine face mais je m’arrêta en plein élan, surprise.
L’individu que je voulais frapper et a qui j’avais adressé un « tape amicale » plus tôt n’était autre que Karasu…
J’étais dans la confusion la plus totale alors que Yume me rejoignait, l’air inquiète. Qu’est-ce qu’il fichait ici celui là ? J’avais cherché désespérément à le revoir après qu’il se soit enfui lâchement le lendemain de notre nuit d’amour. Et maintenant qu’il était en face de moi j’étais partagé entre la joie de le voir et la haine, une amertume profonde…
J’eu un haussement de pommette compulsif qui dévoilait mes crocs. D’ailleurs, de part le choc, mes griffes se rétractèrent ainsi que mes crocs. Je ne contrôlais plus mon chakra.
Je devais me ressaisir car la bataille faisait rage mais je ne pouvais pas me battre contre lui, c’était clairement impossible.

« - Nous règlerons cela plus tard » lui dis-je, les yeux ambrés brillant d’animosité.

Puis je retournais sur le champs de bataille, lui tournant le dos certes mais qu’il ne s’avisait pas de m’attaquer par derrière car j’étais toujours sur mes gardes et Yume veillait au grain.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Lun 16 Jan - 18:11

Alors que je m'apprêtai à tailler cette pétasse en pièce, celle-ci se retourna brusquement pour m'asséner une prise pour le moins efficace. Avec une violence étonnante son bras heurta ma poitrine, me coupant brusquement la respiration. Pris par surprise je ne pus réagir à ce coup de pute. Continuant dans sa lancée, elle m'envoya valser telle une merde de pigeon contre un tronc d'arbre, puis un autre, puis un dernier qui s'effondra sur moi. Je sentis tout le poids de cet imposant conifère comprimer ma poitrine. A cet instant la rage dépassa de loin la douleur et je me jurais de botter la péninsule qui lui servait de derrière à cette pouffe jusqu'à lui en faire sortir la mer rouge par les narines. C'était la deuxième fois en six mois que je me prenais un arbre en pleine gueule. Cela commençait à devenir lassant. Je me dégageai péniblement de ce fardeau et me relevait. J'éprouvai des difficultés à respirer. J'essuyai le visage d'un revers de la manche et remarquai du sang sur celles-ci. Cette couille venait de me déboîter le nez. Un long filet sanguinolent glissait d'une de mes narines jusqu'à mes lèvres que je contractai dans un rictus haineux.

Sans réfléchir, je m'assénai un violent coup de point dans le nez afin de le remettre en place. Il y eut un vieux craquement et du sang gicla à nouveau. Son odeur caractéristique de rouille vint m'agresser les narines. Je devais tirer une sale gueule. Une envie meurtrière me saisissait alors que j'examinai l'épais nuage formé par l'explosion. Merde, rien ne c'était passé comme prévu. La garde s'attendait à une attaque surprise. Et où pouvait bien être passé cette salope ? Si je ne pouvais pas mettre la main sur le seigneur, autant me venger sur elle. Ainsi, par delà ce vacarme chaotique, j'entendis ce qui ressemblait à une complainte. Je récupérai mon katana puis m'élançai une fois de plus dans la bataille, prêt à en découdre. Mes pas me menèrent vers la calèche où un garde sortie de nulle part tenta de m'attaquer. Saisi par l'adrénaline je poussais un cri de guerre qui fut aussitôt étouffé par le tumulte ambiant. Cela n'empêcha pas mon arme de transpercer celui que se trouvait devant moi. Sans le moindre respect, je balançais son cadavre sur le côté pour continuer ma route. Bon sang, je ne voyais presque rien avec toute cette poussière... Les évènements prenaient une tournure vraiment emmerdante.

J'espérai que Yenshi était parvenue à capturer ce foutu seigneur. J'aperçus alors la silhouette de celle que j'allais buter. Enfin, elle comprendrait qu'il ne fallait pas trop s'y croire avec moi. Non, mais merde... Je m'étais fait avoir comme une abrutie... Resserrant ma main sur mon arme, nous, nous élançâmes mutuellement l'un sur l'autre. Elle voulut effectuer une attaque rotative, mais se loupa au dernier moment. Je ne pus me retenir de sourire en parant le coup avec mon avant bras. Quelle amatrice ! Je parcourais mon katana avec mon affinité futon afin d'être sûr d'en finir en une attaque. J'envoyais ma lame à l'horizontale puis... Il y eut un déclique... J'ignorai ce qui se passait réellement. Sur son passage, mon arme avait dégagé la poussière me dévoilant le visage de celle qui me faisait face. J'écarquillai les yeux comme un benêt, le souffle court. Cette révélation me fit l'équivalent d'une mandale asséner en pleine figure. J'aurais sans doute préféré foncer tête la première dans le cul d'un cheval plutôt que de vivre cette situation. Au dernier moment j'usai de toute ma volonté pour détourner mon arme. Celle-ci entailla simplement sa joue. Je tentai de marmonner quelques paroles, mais je restais con et donc sans voix ; alors je me contentai de les penser le plus fort possible.

« SAINTE-MARIE-SUR-UNE-HARLEY !!! PUTAIN, C'EST HIKARI ! »

Je ne saurais décrire les sentiments qui traversèrent mon esprit par la suite. Aucun mot, aussi rock'n roll soient-ils ne pourraient pu les exprimer. Hélas, l'heure n'était pas aux retrouvailles, mais à la baston. Je devais rester concentré au risque de finir en taule ou tout simplement mort. La louve paraissait salement remonté et je crus pendant un instant qu'elle allait de nouveau m'attaquer. Il fallait dire que notre séparation avait dû lui rester en travers de la gorge. Pour faire simple, j'avais filé à la kumojin après notre nuit. Longtemps par la suite j'avais désiré la revoir tout en espérant, paradoxalement, ne jamais recroiser son chemin. Et vois-ci que le hasard nous avait réuni en tant qu'ennemi. Nous ne pouvions pas rêver meilleure situation ! Aussi elle me lança les mots qui m'annoncèrent immédiatement la couleur. « Plus tard... » Si j'étais encore vivant d'ici là. Notre route se sépara de nouveau et je m'efforçai de me concentrer sur la situation actuelle. Et les ennuis continuèrent, je trouvais Yenshi étalé par terre. De longs sillons sanglants parcouraient sa poitrine. Lorsque je voulus l'aider à se relever (tout en l'insultant copieusement sur son incompétence) celui-ci eu une expression apeurée qui déformait ses traits. Je ne lui connaissais pas ces airs de tafiole effarouché, pire encore, je ne l'avais jamais vu montrer le moindre signe de peur.
Puis nos regards se croisèrent, j'y lis une lueur arriérée dans ses yeux et je compris. Cette enfoiré de Yenshi, il assurait grave. J'attrapai le blessé par le col et le relevait avant de lui envoyer un coup de poing en pleine figure. La technique de henge disparue laissant place au seigneur dans toute sa tafiolitude. J'eus un sourire mauvais pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt de déconner avec moi. Mon dernier coup en témoignait. Je comptais utiliser ce vaurien à mon avantage. Cependant, au sein de toute cette animation, seulement trois ninjas remarquèrent que le seigneur venait de se faire capturer. Aussi me fallait-il tourner l'attention de tous sur moi.

-Hey ho ! ... Ho hé bande d'enfoiré vous m'attendez ? HEY !! .... Putain... Nerveusement, je concentrai de nouveau mon chakra dans mon katana et envoyai une puissante salve futon pour balayer définitivement le nuage de poussière et légèrement secouer tous ceux qui participaient à la bataille. -Bon les excités, maintenant vous allez vous calmer sinon je lui enfonce mon katana dans le cul jusqu'à ce qu'il lui ressorte par la bouche !!

Le tumulte laissant place à silence lourd alors qu'une vingtaine de paire d'yeux se tournait vers moi. D'un signe de la tête je demandai à mes coéquipiers de me rejoindre. Tous étaient sérieusement amochés, mais encore en état de se déplacer. J'avais réagi à tant sinon certains seraient déjà morts. Leurs adversaires ne réussirent pas à les retenir, trop occupé à guetter le seigneur à mes pieds. La lame placée sous sa gorge les dissuadait de toute tentative. Tous les quatre nous formâmes un cercle dos à dos tout en étant au centre d'un autre cercle, lui-même formé par adversaire. La seule chose qui nous empêchait de nous faire tuer était ce misérable otage. Consciente que cela ne nous sauverait pas, Ash se pencha légèrement sur mon oreille pour me murmurer...

-Qu'est-ce que tu fous abrutis ?
-J'improvise. Murmurais-je les lèvres serrées, en sachant qu'on ne me quittait plus des yeux.

Une idée, une idée, une idée, il me fallait une idée. Ou du moins tenter de gagner du temps. Je faillis faire la bêtise de chercher Hikari du regard dans cette assemblée, mais me ravisai. Tentant le tout pour le tout, je laissai l'autre branquignole aux mains de Ash et m'avançai les mains levées en signe de paix.



-Mes amis ! Je pense qu'il y a eu un petit malentendu. Notre petite escapade ne s'est, en effet, pas vraiment passée comme prévu, du moins à moitié. Je pense que nous pourrions en venir à un arrangement qui pourrait satisfaire tout le monde. Voyez-vous la dame que vois-ci avec son couteau à vraiment la main légère. (je désignai Ash d'un geste allègre) Cela ne plairait sans doute pas à vos supérieurs s'il arrivait malheurs à ce gros plein de soupe. Aussi je pensais que nous pourrions faire comme si tout cela n'avait jamais eu lieu et rentrée chez-nous tel les gentilshommes que nous sommes et tout le monde serait content ! Vous ne n'êtes pas d'accord ? Souriais-je tout en ponctuant mes paroles de gestes. Bien entendu je savais que ces belles paroles ne vaudraient rien, pas plus que je comptais laisser passer la rançon. Je me contentai juste d'improviser jusqu'à trouver une solution pour nous sortir de cette merde.


_________________


Dernière édition par Karasu Tengu le Mar 17 Jan - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Lun 16 Jan - 21:29









Toi qui m’a fait souffrir
Toi qui m’a fait mourir

Entend ma haine
Et voit mes chaînes.

Toi qui m’a condamnée
Toi à qui je n’arrête plus de penser
Toi dont je ne peux plus me séparer…


Je m’étais retournée sans même un regard pour sa piètre personne, il me répugnait…
Je passais ma main sur ma joue et vit une trace sanguinolente couler le long de mes doigts, l’enfoiré ne m’avait pas loupé malgré son geste amorti. Plus aucun doute là-dessus, il m’avait bel et bien reconnu.
J’étais en rogne. Rongée par l’amertume.
J’essayais tant bien que mal de me focaliser uniquement sur le combat en cours. Après tout je ne mourrais pas des mains décharnées de l’un de ses hommes, je ne lui laisserais pas ce plaisir, foi d’Inuzuka.
C’est donc la tête sans une once de pensée à son égard – bien qu’épineux – que je me concentrais de nouveau sur la bataille. Mes griffes et mes crocs s’étaient de nouveau allongés de rage et c’est dans cette frénésie insatiable que je commençais à m’en prendre à l’un des subordonnés de Karasu avant de voir cela…
Karasu brandissait un homme par le col, l’homme que j’avais entaillé un peu plus tôt.
Quelle ne fut pas ma stupeur de constater que l’être qu’il tenait et que j’avais scarifié avidement - à deux doigts de lui arracher le palpitant - n’était autre que le seigneur lui-même ! Misère…
En effet, mon ennemi avait créer un henge, me donnant l’illusion qu’il était le seigneur et inversement… Quelle imbécile ! Les anbus étaient donc parti avec l’un des leurs… J’allais passer un sale quart d’heure de retour au village… Si toutefois j’étais encore en vie pour assister à mon jugement dernier…

L’homme que je méprisais plus que tout balayait la poussière restante pour mieux se faire remarquer de l’assemblée –bien que je m’étais désormais parfaitement acclimatée à l’environnement ambiant -, il tenait le seigneur en joue de son katana, lame effilée sur la gorge.
Il nous demandait de rester calme où bien il le tuerait – enfin il avait exprimé cette idée dans toute la classe et la grâce dont il est capable qui était inexistante… –.
Ses larbins l’entouraient en un cercle concentré dans le notre. Nous étions plus nombreux mais ils avaient l’avantage d’avoir un otage, l’objet de notre mission. Je ne laisserais pas ce salopard gâché MA mission. J’étais tellement haineuse que j’avais énormément de mal à réfréner ma colère toutefois, alors qu’il nous fit part de sa tirade totalement inutile qui n’étais là que pour lui faire gagner du temps avant de trouver une meilleure issue je le savais, il fallait que je me reprenne pour discuter calmement et sereinement. Après tout j’étais celle qui avait le plus de chance d’avoir de l’impact dans sa direction.
Yume frémissait à mes côtés alors que le vent envoyait valser les feuillages les moins accrochés aux arbres comme-ci ils avaient désespérément abandonné l’idée de vie…
- Pardon je divague c’est ça de percevoir les moindres détails de ce qui vous entoure… cela vous disperse de votre centre d’intérêt principal…-

Il souriait d’un air niais qui m’écoeurait encore plus… J’eu de nouveau ce haussement de pommette compulsif qui laissait découvrir mes crocs et je m’approchais comme-ci j’étais à la tête du groupe – ce qui était quelque peu le cas étant donné mes sens affûtés et ma position de première à la tête du cortège – je savais que je jouais dangereusement car la vie du seigneur était en jeu mais je savais également que cette fille qui retenait le seigneur ne tenterait rien de stupide à moins d’être sûre de pouvoir s’en sortir par la suite, ce qui n’était pour le moment pas le cas.
Je m’avançais donc de un, puis de deux et enfin de trois pas, quittant mon cercle et me rapprochant du leur.
Je me fichais bien de ce que pouvais penser les autres aussi bien de mon camp comme du leur puis je pris enfin la parole de la voix la plus posée possible –surtout au vue de la situation, vous vous imaginez bien que cela n’était pas des plus aisées…- :

« Eh le corbeau ! Tu sais bien que vous laissez filer comme ci de rien n’était n’est même pas une option. Vous nous avez attaqué et paierez les conséquences de vos actes. Tes belles paroles n’ont aucun impact sur moi, je sais pertinemment qu’il ne s’agit là que d’une belle diversion pour gagner du temps alors écoute moi bien. Tu vas ordonner à cette traînée de lâcher gentiment le seigneur sans discuter puis à cet instant vous pourrez partir. C’est moi qui suis à la tête de cette opération, tu as ma parole qu’aucun de mes coéquipiers ne vous attaquerons si vous déguerpissez sans discuter. Et en preuve de ma bonne foi je veux échanger la place d’otage du seigneur avec la mienne. Un Seigneur mis à part pour de l’argent ne vous saura d’aucune utilité alors qu’une Inuzuka telle que moi peut être pratique voir essentielle pour pister , traquer ou même détecter des éventuels explosifs disséminés ici et là… N’est-ce pas ? »

J’avais hoché un sourcil pour ponctuer cette phrase. Je n’avais pas révélé l’identité de Karasu car je savais qu’il ne donnait pas son identité aussi facilement et que en vertu de ma grande clémence, je ne souhaitais pas qu’il lui arrive plus d’ennui par ma faute…
Je poursuivis :

« Mmh… J’ai encore une meilleure idée ! Tu veux que nous faisons tous comme ci cela ne s’était pas passé ? Eh bien soit ! Puisque visiblement tu es leur chef et que je suis le leur, lions nous les poignets en tant que tels pour être sûr que ni l’un ni l’autre ne bafouons nos engagements. Puisque une fois liés si l’un de nous trahis ses paroles et promesse il se verrait de suite exécuter. Tu nous rends le seigneur en échange de ma personne et en bons dirigeants que nous sommes qui montrent l’exemple, nous nous attachons les poignets puis je pars avec vous pour que vous m’exploitiez comme vous l’entendrez. Comme ça tu es sûr que toi où les tiens ne périssent pas, nous, nous récupérons le seigneur qui a besoin de soin intensif sans quoi il passera a trépas et donc, vous saura d’aucune utilité, et vous me récupérez moi en bonne santé et pleine de ressources à la place ainsi que ma chienne qui pourra te servir de moyen de locomotion. Je n’ai peut-être pas d’argent mais en tant qu’Inuzuka je vaux de l’or. Au final tout le monde est gagnant. Qu’en penses-tu, Chef corbeau ? »

Il y avait dans mes propos un certain défi qui ne faisait que souligner les évènements passés d’y il a six mois quand ce dernier avait prit la poudre d’escampette après une nuit d’amour pleine de tendresse et de passion que j’avais cru partagé… comme une idiote…
Si il acceptait, nous serions liés par les poignets et donc susceptibles de dialoguer sans que je lui arrache le cœur de mes griffes.
Yume n’avait visiblement pas apprécier l’idée de transporter sur son dos l’homme qui avait fait tant de mal à sa maîtresse en dépit de son affection pour lui, car oui elle aimait beaucoup Karasu et Shobi son corbeau mais elle était prête a se plier à mes exigences pour la bonne cause.
Je n’avais aucune idée où mon plan foireux allait me mener mais j’étais confiante et savais quelque part que quoi qu’il puisse se passer, Karasu ne me ferait pas de mal, j’en étais certaine… A lui maintenant de décider de la tournure des évènements à venir… Si tant est que nous avions un avenir…



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Jeu 26 Jan - 14:45



Ce fut alors que j'aperçus aux confins de cette galère le merveilleux visage d'Hikari. Il ne manquait plus que cela, qu'elle s'en mêle. Prenant la tête de son groupe elle eut la mauvaise décision de s'improviser négociatrice à son tour. J'espérai qu'elle chercherait au moins à nous aider et que la rancoeur qu'elle nourrissait à mon égard ne nous porterait pas préjudice. D'un autre côté, je me dis que cette confrontation pourrait s'avérer distrayante et j'en oubliai presque la position désavantageuse dans laquelle nous nous trouvions. Elle avait visiblement pas mal de choses à dire, aussi m'accordai-je une pause clope bien méritée. Ainsi je l'écoutai débiter un flot de parole tout ce qu'il y avait de plus mal habile. Si je suivais son raisonnement, elle souhaitait échanger sa place avec celle du seigneur en guise de garantie et que nous pourrions « l'exploiter comme nous l'entendions ». Etrangement, cette phrase était celle qui m'avait le plus marqué. Et je ne fus visiblement pas le seul, Iraya se permit de faire une remarque pour le moins désobligeante. En tant normal j'aurai souri en l'entendant, mais comme elle concernait Hikari, j'avais juste envie d'envoyer mon poing dans la gueule de cet abruti afin de réfréner sa connerie. Je tirai une bouffée sur ma clope, laissant tomber un résidu sur le sol et se disperser un nuage de fumée depuis ma bouche. Un reflet au loin attira alors mon attention. Je m'efforçai de paraître indifférent à celui-ci devinant qu'il s'agissait d'Igawa qui cherchait à me signaler sa présence. Visiblement, il était parvenu à échapper aux gardes, ou à les faire sauter... Sa disponibilité me donna une idée plus que simpliste pour nous sauver. J'allai cependant devoir jouer dans l'art et la manière pour parvenir à mes fins. Dans quelle galère m'embarquai-je ? Après avoir écouté chacun des dires de la lady je pus parvenir à l'étonnante conclusion que je n'avais jamais vu une diplomate aussi merdique. Je haussai un sourcil amusé tout en me disant que j'allai devoir faire avec. Je lui répondis tout en continuant de ponctuer mes paroles de gestes.

-Très cher, je ne doute point de vos capacités entre tant qu'Inuzuka ou même en tant que femmes cependant, je me vois dans l'obligation de rejeter cette demande pour trois raisons. Dis-je en lui présentant fièrement trois doigts. La première est qu'un seigneur à davantage de valeur que vous, du moins d'un point de vue financier. La deuxième, je ne pense pas que vos camarades soient du même avis que vous. Ce qui m'emmène à la troisième. Ils ne nous laisseront par partir d'ici. Je désignai le sol de l'index. J'ai cependant une meilleure offre à vous faire...

J'espérai que le message serait assez clair et que tout se passerait comme prévu. Et comme pour répondre à mes attentes Igawa joua une fois de plus du miroir pour me confirmer que le signal était bien passé. En effet, j'avais levé trois doigts dans le but de lui faire comprendre qu'il devait utiliser son troisième type de bombe à l'endroit que je venais d'indiquer. Autrement dit juste à mes pieds. Je ne pus retenir un petit sourire amusé à l'égard de la louve qui venait de me sauver la mise sans qu'elle ne s'en rende compte. Je me forçai à concentrer mon attention sur notre future fuite, mais cela s'avérait plus difficile que prévu. Peut-être que si je me laissai prendre... Non, je serai stupide je ne voulais pas finir en taule. Je secouais brièvement la tête pour chasser ses grossières pensées de mon esprit et me consacrai davantage à la situation présente. Tous les shinobi demeuraient sur le qui-vive et leurs attentions étaient entièrement tournées vers moi, comme je le souhaitai. Il ne restait plus qu'à apporter la touche finale à ces festivités à l'aide d'un jeu de lumière des plus éblouissants. Je devais cependant tenter de gagner encore un peu de temps pour qu'Igawa termine ses préparatifs. Ce con aimait faire trop bien les choses ce qui ne nous aidait pas toujours. J'attrapai ma clope entre mes doigts et soufflai un nouveau nuage de fumée.

-Voyez-vous, votre seigneur n'en a visiblement plus pour très longtemps. Si nous ne prenons pas une décision rapide celui-ci risque de mourir sur place ce qui causerait des problèmes à tous. Aussi je pensai que nous pourrions envisager dans le fait d'une éventualité purement hypothétique aussi bien abstraite qu'incertaine que nous pourrions... Un nouveau reflet du miroir me fit comprendre qu'Igawa était prêt. Oh est puis laissez tomber bande de tarlouzes ! Je saluai ensuite toute cette petite assemblée dans une brève référence tout ce qu'il y avait de plus sarcastique. Mes amis, souvenez vous de ce jour comme celui-ci où vous avez faillit attraper le cap... Heu non rien... LUNETTE !

J'espérai que les autres seraient assez réactifs et qu'à l'annonce de ce mot ils agiraient à mon instar et enfileraient leurs lunettes de soleil. Nous agissions en équipe depuis tellement longtemps que nous avions mis en place certains codes valables en toutes circonstances. J'espérai qu'à la simple annonce du mot « lunette » ceux-ci comprendraient que Igawa s'apprêtait à lancer une de ses grenades flash. Ce n'était pas la première fois que nous utilisions ce genre de combos et je ne comptais pas traîner par la peau du cul l'imbécile aveuglé qui n'aurait pas mis ses lunettes à temps. Dans les secondes qui suivirent mon annonce Igawa lança l'explosif qui atterrit sur moi. J'effectuai un contrôle de la poitrine puis shootai dans l'explosif pour l'envoyer droit sur les gardes situés devant nous. A ma grande satisfaction mes collègues réagirent au quart de tour. Kutaka effectua une rapide série de signes alors que son aigle se trouvait à proximité.

Celui-ci grandit brusquement jusqu'à prendre la taille d'un ours. Hash lança le seigneur sur le rapace qui l'attrapa entre ses puissantes griffes pour l'éloigner. Profitant de la confusion Iraya effectua à son tour une série de signes pour cracher une puissante bourrasque de vent qui écarta le mur de garde qui nous bloquait la route. Nous profitâmes de cette ouverture et du fait que nos opposants soient aveuglés pour nous enfuir. Izaya ne s'arrêta pas là et répandit de l'huile derrière nous. Cette même huile à laquelle je mis le feu en laissant tomber ma cigarette créant ainsi une barrière de flamme. En tant que nukenin qui se respectait nous maîtrisions parfaitement les subtilités de l'art de la fuite. La première consistait à courir le plus rapidement et le plus loin possible. Nous pénétrâmes dans la forêt afin d'augmenter nos chances de leur échapper, mais je savais qu'avec le flair d'Hikari cela ne serait pas possible. Je savais aussi qu'elle se concentrerait sur mon odeur. J'hésitai un long moment avant de me décider. Nous dûmes nous séparer. Ainsi Hash rejoignit Kutaka avec son aigle et le seigneur. Izaya rejoignit Igawa pour aller sauver Yenshi tandis que je me démerdai tout seul. Au final cela m'arrangeait. Je continuai de courir pendant prêt d'une heure jusqu'à arriver devant un fleuve. Delà j'allumai une nouvelle clope, m'assis sur le premier rocher venu et attendis. Quoi qu'il arrive, je savais qu'elle viendrait. Ce qui allait se passer ensuite ne dépendrait que de nous deux....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Jeu 26 Jan - 21:21







Cours plus vite que ma haine
Cours plus vite que ma peine
Vole plus vite que mes sentiments envers toi
Oui, enfuit toi comme autrefois…


A la suite de mon monologue, Karasu semblait perplexe et cherchait visiblement à gagner encore un peu de temps. Son attitude ne me conforta pas et renforça ma méfiance à son égard. Il devait préparer quelque chose. J’avais beau observer ses compagnons de route aucun d’eux ne semblait avoir de comportement suspect… Il semblait que la tentative de fuite viendrait d’ailleurs… Y avait-il un autre allié à leur côté, dissimulé dans l’ombre ? Le nukenin qui s’était retrouvé avec les anbus par erreur serait-il revenu, signifiant la perte de mes coéquipiers ?
Je n’en avais pas la moindre idée et la poussière avait tellement été brassée que mon odorat ne m’était pas d’une très grande utilité… Je me sentais comme inutile… Tellement si…. Humaine… Je n’avais pas l’habitude de ce sentiment et cette privation importante de mon odorat renforça mon mal aise…
Mais déjà le corbeau s’exprima à son tour clamant qu’il rejetait ma demande en étant toujours aussi expressif qu’il pouvait l’être. Celui là alors… quel sacré personnage…
Il nous raconta ensuite que le seigneur ne tiendrait plus très longtemps sans soin, ce qui était vrai, et que nous devrions nous hâter de prendre une décision sans quoi sa vie serait remise en question.

« Aussi je pensai que nous pourrions envisager dans le fait d'une éventualité purement hypothétique aussi bien abstraite qu'incertaine que nous pourrions... »

Gné… Je restais stoïque devant cette phrase incompréhensive qui ne lui faisait que gagner du temps. Mes sens s’affûtèrent de nouveau et Yume s’agita à mes côtés. Le piège était là, il arrivait j’en étais certaine. Je pus rapidement constater que je ne me trompais pas lorsque sa diversion pris fin et qu’il tira sa révérence – c’était cas de le dire –. Déjà une explosion retentie, nous aveuglant et rendant la zone complètement obscur même pour mes yeux avertis.
Heureusement pour moi qu’il me restait mon ouïe fine avec laquelle je pouvais percevoir des bruissements d’ailes ainsi qu’un crépitement peu rassurant. Je ressentais également une bourrasque d’un vent impétueux senti une forte odeur d’huile puis s’en suivit un afflux massif de chaleur ardente. Pas de doute ils avaient mis le feu au poudre dans le sens propre comme figuré.
J’étais encore plus haineuse qu’il y a cinq minute et croyez moi je pensais que pire n’était pas faisable. Karasu avait intérêt à courir vite, très vite, car si je le retrouvais il marcherait sur un terrain miné ou les actions qu’il avait entrepris récemment et plus anciennement à mon égard lui péterais à la gueule…

Alors que mon odorat retrouvait ses capacités après cette forte émanation d’huile et que la fumée, elle en revanche, était toujours persistante, je calais toute mon attention sur son odeur qui m’était si familière. Si il pensait échapper à l’Inuzuka que j’étais il se trompait mais je ne doutais pas qu’il savait cela. Son odeur était d’abord couplée aux autres puis petit à petit de nouveau seule. Je pouvais le sentir en mouvement alors que je m’élançais comme une folle furieuse dans les bois, en rogne.
Yume me suivait de près et grognait rageusement tout en foulant le sol de ses pattes, elle aussi il l’avait déçue…
A vrai dire je ne le pensais pas si basse catégorie que cela, si fourbe et si mesquin surtout à mon égard mais encore une fois je m’étais trompée comme une idiote et il m’avait eu… Il m’en faudra beaucoup pour prendre sur moi et ne pas l’égorger sur place mais une foultitude de sentiments se bousculait en moi. A la fois une profonde amertume, la haine d’une louve blessée qui criait vengeance et l’âme d’une amoureuse en peine dont le cœur brisé venait d’être écrasé en petits morceaux disséminés, éparpillés ici et là.
Les larmes me montaient aux yeux jusqu’à perler inlassablement aux coins de mes prunelles ambrées.
Plus mes pas foulèrent la verdure abondante de la forêt plus je me demandais ce que j’allais bien lui dire. J’avais tellement de paroles aigres à lui balancer en pleine face mais j’avais également tellement de questions à lui poser… Je ne savais pas comment il allait réagir mais il ne devrait pas trop faire le mariole dans mon état….

Je me demandais soudain ce que mes camarades allaient faire et j’espérais qu’ils se lanceraient à la poursuite des acolytes du corbeau en sachant pertinemment que ces derniers prendraient soin de leur poule aux oeufs d’or et que donc de ce fait, la vie du seigneur n’était pas en danger.
Au fur et a mesure de ma courte réflexion sur la question, je me rendis bien compte que je me moquais éperdument de la mission à présent. Je ne pensais plus qu’à lui et a tous ce qu’il m’avait fait subir, à tous ce que j’avais ressenti à ses côtés ou après son départ… Un flot d’émotions contradictoires m’assaillit alors que je poursuivais mon ascension dans les bois avec toujours à mes côtés ma fidèle Yume dont l’inquiétude pour ma personne se ressentait à travers son attitude.
Sa présence se renforçait fortement, j’étais certaine de toucher au but après près d’une heure de marche alors que j’avais senti son ralentissement puis son immobilité totale.
Je pouvais entendre les flots d’une cascade se déversant dans une rivière, un son cristallin et mélodieux qui toutefois n’arrivait pas à apaiser ma personne.
Puis il fut là. Assis sur un rocher, clope en bec, il avait l’air de m’attendre.
Alors comme cela il savait que je viendrais…. Evidement. Déjà je pouvais apercevoir son sourire espiègle et narquois lorsqu’il aperçu la louve une fois de plus tombé dans son piège mais qu’à cela ne tienne, je ne le laisserait plus m’avoir.
Je le fixais poings serrés, contenant ma rage, larmes coulant désormais abondamment sur mon visage diaphane et meurtri par sa simple vision. Yume couina et caressa ma jambe avec sa tête comme pour me montrer son soutien et tenter de me réconforter mais en vain.

« POURQUOI ?!!! » lui hurlais-je en pleurant, complètement désemparée.

« Pourquoi tu m’as fait ça espèce de fumier !!! »

Je m’approchais de lui, la tension des larmes prenant le dessus sur ma haine, tout en le regardant fixement de mes yeux salis.

« J…Je… J’ai beau cherché je n’arrive pas à trouver comment tu as pu oser partir après tout ce qui s’était passé ! Moi qui pensais que c’était réciproque toi qui était si doux et passionné… Je me suis bien trompée !!! »

J’approchais désormais mon visage du sien.

« Je tenais à toi. Je voulais être avec toi. Plus rien d’autre que toi ne comptais pour moi et tu as tout gâché en filant à l’anglaise aux aurores ! »


Je m’assieds sur un rocher non loin et cala ma tête aux creux de mes mains, les coudes reposés sur mes genoux pour tenter de reprendre contenance.
Je n’avais pas peur de lui et ma garde s’était totalement estompée car bien que mon image a son propos s’était considérablement ternie je gardais encore l’espoir qu’il ne me ferrait aucun mal et je me sentais idiote de penser ça à l’égard de celui qui avait suscité en moi tant de peine, de douleur et de frayeur.
Je n’avais d’autre choix que d’essayer de me calmer car mon état était plus que pitoyable.

« Je t’aimais Karasu… Moi la réfractaire de l’amour est tombée amoureuse d’un mec aussi frivole que mesquin… Comment as-tu pu tout gâcher ? … » Murmurais-je en redressant la tête et en plongeant de nouveaux mes pupilles d’ambres dans les siennes…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Mar 31 Jan - 18:33

J'attendais maintenant depuis près d'une dizaine de minutes à moitié allongé sur ce rocher inconfortable. Je réfléchissais et cela m'emmerdait. J'eus l'impression que mes méninges avaient finie par claquer à la suite de mon dernier plan. Ou peut-être était-ce la fumée de mes clopes qui commençaient à m'embrumer la cervelle, pourtant c'était tellement bon... Le problème lorsqu'on est fumeur c'est qu'il y a toujours un risque de tomber à cours de cigarettes. Conscient de ce problème je prévoyais toujours un paquet de secours afin de toujours maintenir mon cerveau à la même pression. Tirant latte sur latte, je réfléchissais à ce que je pourrais dire à Hikari. Déjà je regrettai mon initiative qui était de l'attendre. Bordel nous n'aurions jamais dû nous retrouver, cela aurait été beaucoup plus simple. Pourtant, comme une idée, un doute, une suspicion tambourinait mon crâne et m'obligeait à rester ici tout en sachant pertinemment qu'il ne sortirait rien de bon de ces retrouvailles. Je ne prêtai aucune attention à l'environnement florissant qui m'entourait. J'aurais tout aussi bien pu me trouver au milieu d'un champ de mine que cela m'aurait à peine distrait. Qu'allais-je bien pouvoir lui raconter ? Ce n'était pas la première fois que je filai à la mexicaine après une nuit avec une femme, mais sur ce coup, cela n'avait rien à voir.

Elle était différente et c'était bien cela qui me faisait chier. Je ne tenais pas à me justifier et encore moins à lui raconter ma vie. Quoique cela pourrait être sans doute le meilleur moyen de la faire fuir. Je soupirai aussi bien intérieurement qu'extérieurement. Non je ne savais pas quoi lui dire, ce qui ne me ressemblait absolument pas. Finalement, je l'entendis qui sortit de la forêt pour me rejoindre. A l'instant où je vis son visage je compris que cela allait chauffer pour mon matricule. Je me préparai alors à recevoir la claque de ma vie... elle ne vint pas. Au lieu de cela elle vint me hurler son chagrin à la figure. Son visage se retrouva à quelques centimètres du mien. Je me perdis l'espace d'un instant dans son regard ambré. Je m'efforçai de rester impassible face à ses larmes bien qu'une boule commençait à se nouer dans ma gorge. Cela risquait d'être plus difficile que ce à quoi je m'attendais, mais je ne comptais pas me laisser à nouveau avoir par ces sentiments de bas étages. Malgré tout ce qui s'était passé ces derniers mois il m'arrivait encore de penser à elle et à douter. Au final, cela ne changeait rien. Nous, nous trouvions là tels deux idiots dans une situation tout aussi stupide.

Pourtant, je ne regrettai en rien ce choix. Je savais que j'avais pris la bonne décision aussi bien pour elle que pour moi. En dehors de la claque Hikari eut l'exact réaction de ce à quoi je m'attendais. Cela ne m'empêcha pas pour autant de rester sans réponse face à ses propos. Lui dire la vérité ne nous apporterait que des emmerdes, je le savais pertinemment. Je m'allumai une nouvelle clope le visage impassible. Cela commençait à en faire beaucoup en peu de temps, mais Urgence l'exigeait. Elle s'assit sur le rocher en face de moi et termina de fondre en l'arme, le visage entre ses mains. Pourquoi fallait-il que les choses finissent toujours par se compliquer ? Puis elle me lança le regard qui aurait pus me faire céder si je ne m'y étais pas préparé. J'eus pendant un instant l'impression de me retrouver dans un de ces foutus livres à l'eau de rose que lisaient ces foutus jeunes pucelles prépubères en manque. Elle me dit ces mots qui m'irritèrent et je ne pus m'empêcher de me dire qu'elle était idiote. Si elle ne m'aimait vraiment plus, elle ne se tiendrait pas ici, larmoyante, à chercher des réponses à mes actes. Peut-être pensais-je cela, car en fin de compte, je m'en voulais d'être bêtement parti alors que j'aurai souhaité rester. Quoi qu'il en soit, elle ne pourrait comprendre ; du moins je ne voulais pas qu'elle comprenne. Tous ignorent ce que j'ai vécu et tous continueraient d'ignorer y compris cette louve.

Jusqu'alors à moitié allongé je me relevais brusquement faisant craquer mes articulations. Cette clope me saoulait je l'attrapai encore allumée entre mes doigts, la coupait en deux, puis l'écrasait à pleine main. Je jetai ses restes par terre le tout dans une série de gestes aussi fluide que désinvolte. J'eus l'idée de prendre sur moi en jouant le rôle du parfait salaud afin de mettre un terme à tout ceci, du moins avant de me rendre compte que cela ne ferait qu'empirer les choses. Aussi je tentai une autre approche plus soft, espérant qu'elle comprendrait

-Bon, on va faire simple. Tout ce que tu as pus t'imaginer après cette nuit là est faux. J'ai eus mes raisons de partir et je ne tiens pas en parler, mais tu peux être certaine que c'était justifié.

Le peu de discours que je possédai semblait s'être envolé lors de mon dernier kiff avec les gardes. D'autant qu'il mettait difficile de parler avec ce noeud dans la gorge. Je ne pensai pas qu'après toutes ces années je pouvais encore me retrouver dans cet état. Au final je n'avais sans doute pas tant changé que cela... Le calme le plus paisible régnait dans les environs. Perturbé par la présence d'Hikari, ce n'est qu'à cet instant que je me rendis compte à quel point j'avais relâché ma garde. Si l'on venait à nous trouver dans cette situation gênante cela risquait de devenir plus que problématique. Je me grattai la tête comme pour me donner une contenance avant de reprendre. J'eus beaucoup plus de mal à dire ces mots du fait que je les désapprouvai moi-même.

-Ecoute Hikari. Tu n'imagines même pas dans quelle merde tu te fous en restant avec moi. Tu dois m'oublier comme je m'efforce à le faire pour toi. Tout cela ne nous apportera rien si ce n'est toujours plus de souffrance....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Mar 31 Jan - 21:33












Il se redressait enfin à la suite de mes dernières paroles, l'air désinvolte bien qu'un brin exaspéré par la situation à en juger par l'état dans lequel finissa sa cigarette encore allumée.
Je savais qu'il prennait sur lui pour paraître si confiant, je le sentais, tout ce stress qu'il refoulait. Il parvenait même à le faire devenir communicatif...
Ce comportement réchauffait mon coeur meurtri car après tout il n'était pas si insensible que j'aurais pu le croire plus tôt, sur notre situation.
Peut-être lui aussi tenait-il à moi après tout ?
Je m'adoucie un peu à cette hypothèse mais ne m'avançait pas trop non plus par peur de n'être plus déçue que je ne pouvais l'être déjà.
J'entendis enfin son timbre de voix s'adressant à moi. Un timbre suave qui m'apaisait à sa simple écoute même après tout ce que son nom avait pu susciter en moi.
Je n'étais plus du tout en colère, je cherchais simplement a comprendre et surtout à écouter voir déchiffrer ses mots.
Il me dit que ce que j'avais pu m'imaginer après notre nuit était faux et qu'il avait ses raisons d'être parti. Je me sentie aussitôt idiote de n'avoir vu que le mal de la situation. Je pensais qu'il m'avait trahi mais n'avait même pas songé à ce que cela représentait pour lui, peut-être était-il en danger ou poursuivi à ce moment là d'où la précipitation a son départ...
J'écarquillais les yeux de stupeur face à cette révélation. J'avais tellement été égoïste que je n'avais nullement pensé à cette éventualité. Je me sentais vraiment stupide et avait envie de lui prier ma clémence face à mon comportement totalement abject...
Mais je préférais entendre la suite de son récit, car bien que me rendant compte que j'avais mes tords je continuais de penser que lui non plus n'était pas en reste.
Malheureusement celui-ci ne faisait que renforcer mon désarroi lorsqu'il m'intima que rester à ses côtés me mettait en danger. Il me priait de l'oublier comme il s'efforcait à le faire pour moi. Il ajoutait aussi que ça ne nous apporterait rien de plus que de la souffrance perpétuelle.

Ses dires appuyaient mes pensées. Il était réellement parti pour me protéger et non pas par manque d'intérêt. Il avait pris la poudre d'escampette pour ne pas que je reste avec lui et ainsi éviter de m'exposer au danger.
Je comprennais sa façon d'envisager les choses mais ne pus m'empêcher de constater qu'il me prennait un peu trop pour une gamine.
Je savais me défendre et lui serais même très utile lors de son périple, ce que je m'évertuais a lui faire comprendre :

" Karasu... Je me sens vraiment bête de n'avoir pensé qu'à moi... C'est vrai je n'ai pas songé ne serait-ce qu'un instant que tu avais tes raisons de partir... J'ai laissé la colère m'envahir et mon coeur se briser sans réfléchir... Mais je ne suis pas d'accord avec toi. Je ne suis plus une gamine je sais assumée mes choix et mes convictions et ceux-ci disent que je veux rester avec toi. De plus, imagine comme je pourrais t'être utile dans ta folle escapade ! Une inuzuka a tes côtés, tu ne serais plus jamais pris par surprise par des ennemis potentiels du fait de mon odorat et ne serait pas non plus surpris par de quelconques explosifs disséminés ici ou là... "

Je me relevais et m'avançais vers lui, souriante de nouveau malgré les quelques larmes qui perlaient encore au coin de mes prunelles. Yume était restée en retrait mais s'avançait elle aussi vers lui jusqu'à s'assoir à ses pieds et poser sa patte imposante sur ses genoux.
Je pris le visage de Karasu entre mes mains et l'admirait de mes pupilles dorées, constatant les traits tirés de ce dernier à qui le sommeil n'avait pas réellement dû profiter depuis un certains temps. J'effleurais ses joues de mes pouces avant d'exprimer librement mes sentiments tout en gardant le sourire.

" Si tu savais depuis combien de temps j'attend ces retrouvailles espèce d'idiot. Tu réfléchis un peu trop à mon goût..."

Ces dernières paroles étaient ponctuées d'un regard malicieux avant que je ne me décide à poser mes lèvres sur celles de celui qui m'avait tant manqué.
Elles étaient complètement enivrées de nicotine du fait des nombreuses cigarettes qu'il avait dû fumé de part le stress mais je m'en moquais éperduement et savais me concentrer sur autre chose que mes sens, pour une fois...
Je prolongeais ce baiser de façon plus passionnelle mêlant ma salive à la sienne, jouant avec sa langue comme je l'avais fait il y avait si longtemps. Mes yeux s'étaient instinctivement fermés pour se délecter du moment présent.
Je savais qu'il n'était pas réellement convaincu par mes arguments mais ses pensées stagneraient un peu du moins le temps de ce baiser dont j'avais tant rêvé.
Pour profiter encore plus de l'instant, et par soucis de confort, je m'asseyais sur ses genoux alors que Yume retirait justement sa patte comme anticipation à mon mouvement.
Je ne la regardais pas mais je la sentais sereine et heureuse, elle aussi.
Je nouais mes bras autour de son cou et poursuivais mon baiser qui se voulait toujours plus passionné à chaque seconde.
Il représentait tout ce que j'avais pu ressentir à sa rencontre et surtout après son départ. Car bien qu'ayant fait naître en moi une certaine haine de sa personne, j'avais toujours garder mes sentiments à son égard. Des sentiments qui s'étaient renforcer et sa présence m'avait terriblement manqué.
Aujourd'hui, je profitais pleinement de ces retrouvailles et avait l'impression que ce désir ardent pour lui serait insatiable tant j'avais espéré inlassablement cet instant...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Dim 5 Fév - 19:26

Tandis que je lui annonçai, s'est mot je vis son visage s'éclairer soudainement. Elle n'allait tout de même pas croire mes paroles, alors que j'en étais moi-même à peine convaincu. Pourtant, elles firent leurs effets et je ne pus que constater son expression adoucie. J'eus du mal à imaginer qu'elle fondait à larme il y a tout juste une dizaine de seconde. Néanmoins, les dernières perles salées glissaient encore sur ses joues témoignant de la réalité de mes pensées. Ce changement si soudain de comportement m'interloqua. J'ignorai comment cela avait pu arriver. A vrai dire je m'en foutais royalement. Elle n'était pas difficile à convaincre, tant mieux, au moins je n'aurai pas à batailler pour la dissuader de rester avec moi. Du moins c'était ce que je voulais croire jusqu'à ce qu'elle commence à me lâcher ses arguments à la figure. Ses mots me permirent d'avoir la conviction que l'orage était passé, mais elle cherchait à présent à me faire changer d'avis. Je savais qu'il ne s'agissait plus d'une gamine sinon je n'aurai pas fait tout ce que j'avais fait avec elle, mais elle ne réalisait pas la merde dans laquelle elle désirait s'embarquer, car Ô grand rien, je n'aurai changé mon train de vie pour ses grands yeux, aussi charmeur soient-ils. Ce n'est pas parce que l'on pouvait sentir les emmerdes à des centaines de mètres à la ronde qu'on s'assurait la moindre sécurité, d'autant que cette capacité ne lui saurait d'aucune utilité à Ame. Elle ne connaissait rien de mon monde et je ne tenais pas à le lui faire découvrir ; pour peu qu'elle se fasse descendre par un des membres d'une faction adversaire. Je ne tenais pas à devoir creuser sa tombe aux côtés de toutes les autres. Pour mon âge j'ai vu beaucoup trop d'être cher périr, même si je ne peux vraiment m'en prendre qu'à moi-même. Je savais que d'un certain côté, s'il arrivait quelque chose à Hikari, je me sentirai coupable.

-Tu ne comprends pas. Tu ne sais pas dans quoi tu t'embarques. C'est bien plus dangeureux que ce que tu peux imaginer.

Je me mis à la regarder d'un air suspicieux, car d'un côté je désirai qu'elle me rejoigne. Il ne s'agissait que d'un caprice, mais comme tous, l'envie de s'y laisser tenter était grande en sachant que je n'avais jamais cherché à y résister. Cela m'avait apporté autant de gratification que d'ennui et je me doutai que cette louve m'apporterait aussi bien l'un que l'autre, bien que je penchai davantage pour les gratifications et plus si affinité. A cet instant mon esprit n'était que contradictions. Tantôt je souhaitai qu'elle me rejoigne, tantôt je souhaitai qu'elle reste à sa place. Puis comme pour appuyer l'une de mes idées la chienne d'Hikari vint poser sa patte sur l'une de mes cuisses. Je l'avais complètement zappé celle-là. C'était à peine si j'avais remarqué sa présence à l'arrivée de sa maîtresse. Il ne manquait plus qu'un certain piaf pour compléter la ménagerie que nous étions. J'adressai alors un regard à la bête qui me fixait paisiblement de ses yeux sombres. Ils ne m'inspiraient pas grand-chose. Je me dis que j'allais devoir me la trimbaler en plus si Hikari me rejoignait. Elle ne serait sans doute pas aussi discrète que Shobi qui lui n'apparaissait que de temps à autres pour m'emmerder. Avant d'avoir pu trouver une réponse la lady s'était approchée de moi. Elle prit mon visage entre ses mains et caressa délicatement mes joues tout en parlant d'un ton suave non dénué d'ironie. Ses remarques m'amusèrent, bien que je trouvais tout cela grossièrement ridicule.

-Arrête toute cette mise en scène, on se croirait dans un vieux film de série Z

Aussi, elle fit ce que j'attendais et m'embrassa d'un langoureux baisé sans autre sommation. Il fut comme je les aimais, long et sans la moindre pudeur, aussi sauvage que passionné. Bon sang, qu'est-ce que c'était bon ! Avec de tels arguments à sa portée mon choix serait vite fait. Les souvenirs d'il y a quelques mois me revinrent. Des souvenirs qui semblaient remonter à une éternité, au du moins une bonne année. Lorsque l'on vit au jour le jour le temps ne s'écoule pas de la même façon. Yume retira sa patte et Hikari en profita pour s'asseoir sur mes genoux. Je passai instinctivement mes mains autour de sa taille pour l'attirer à moi afin de prolonger davantage notre baisé. Je devais avouer que c'était plus que plaisant de la sentir ainsi contre moi, de la savoir à ma disposition... Je dus néanmoins me remettre les idées aussi bien que la queue en place. Il s'agissait peut-être du bon moment, mais certainement pas du bon lieu. Je ne doutai pas quant aux capacités olfactives de ma compagne, mais je me sentirai plus à l'aise dans un véritable lit, du moins pour cette fois. Puis vint celui qui fit tout foiré. Cette maudite apparition ombragée venue du ciel pour nous tourmenter. Ou alors, cette putain de saloperie de piaf qui ramenait ses foutus plumes. S'il n'était pas autant lié à moi, il y a longtemps que sa tête aurait goûtée à ma semelle.

« Hikariiiiiiiiii-niiiiiiiiiiichaaaaaaaaaaaaaaaan »

Les bruits de battements d'ailes qui passèrent à la hauteur de mon oreille ne m'échappèrent pas. Dans un geste vif qui relevait davantage de l'habitude que du réflexe j'envoyai mon poing frapper violemment l'air à ma droite. Je sentis une micro résistance sur mes phalanges avant d'entendre un petit « paf » provenant de l'arbre situé à notre droite. J'espérai qu'Hikari ne l'aurait pas remarqué ce en quoi je doutais fort. Du moins je disposai encore d'un peu de temps tranquille avant que cet abruti ne reprenne ses esprits. Hélas les deux louves tournèrent la tête à l'unisson vers l'origine de ce petit désagrément. Une chance que j'étais le seul à entendre ses pensées en vue de toutes les insultes qu'il me balançait allègrement. Cela me donnait encore plus envie de le frapper. Je me serais sans doute levé pour lui mettre sa raclé si je n'étais pas à ce point occupé. Alors qu'Hikari fixait l'arbre dans lequel venait de s'encastrer Shobi je lui parlai d'une voix posée.

-Ne t'inquiète pas il a l'habitude.

Je posai un doigt sur sa joue et fit tourner son visage vers moi pour l'embrasser à nouveau, la tenant serrée contre moi.

« Enfoiré... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Mer 8 Fév - 18:28








La réponse de Karasu ne se fit pas attendre, aussi prolongea-t-il notre baisé en m’attirant à lui plus fermant, me maintenant par la taille. Toute colère ou haine c’était dissipée à son égard, il ne restait plus que lui et lui uniquement.
J’avais tant attendu et surtout espérer ce moment que pouvoir le vivre en cet instant me semblait surréaliste…
Je croyais difficilement au destin pourtant, en constatant notre rencontre lors de cette mission un peu au milieu de nulle part, qui aurait pu prédire que nous allions nous retrouver face à face en ce vaste monde ?
Je n’en avais pas la réponse et me moquait de la connaître, ma destinée ou appelé cela comme vous l’entendez me l’avait mit sur ma route et je ne comptais pas le laisser filer une seconde fois.
Je laissais la chaleur de son corps m’envahir et de ses baisers m’embraser. Mes yeux pétillaient d’une malice pernicieuse qui se voulait taquine, toutes ces émotions m’avait ouvert l’appétit et je comptais bien ajouter Karasu au menu…
Je me délectais de sa présence et me réjouissais de son envie de moi que je n’avais nul mal à constater tant cette excitation s’échappait comme une traînée de poudre des pores de sa peau.
Mais alors que je me laissais porter par la frénésie de l’instant présent je me fis surprendre par un battement d’ailes effrénées.
C’est à ce moment précis que je me rendis compte à quel point j’avais baisser totalement ma garde. En tant qu’Inuzuka, me prendre par surprise n’était pas chose aisée et je n’en avais donc pas l’habitude.
J’entendis un énorme impact à ma gauche et ne pus m’empêcher de rompre notre baiser passionné pour constater les dégâts.
Shobi...
Cela me mis du baume au cœur de revoir le volatile aux plumes d’ébène de Karasu. Il avait plutôt l’air mal en point après le coup qu’il venait recevoir de la part de son maître… Pauvre chose ainsi écrasé sur le premier arbre venu… Il n’y avait pas que Karasu qui aimait être au plus proche de la nature et appréciait l’étreinte des conifères visiblement...
Yume avait également tournée la tête dans la direction de l’oiseau après l’impact et ne semblait guère surprise, elle l’avait sûrement entendu venir elle…

-Ne t'inquiète pas il a l'habitude.
Dit Karasu pour recentrer mon attention sur lui. Je rivais de nouveau mes yeux injectés de miel dans ses prunelles sombres, il avait de nouveau réussi a s’accaparer toute mon attention pourtant je ne pouvais m’empêcher de penser au triste sort que venait de connaître Shobi même si Karasu m’intimait que ce dernier avait l’habitude des mauvais traitement ce dont ô combien je ne doutais pas...
Il m’embrassa de nouveau en me tenant serrée contre lui. La passion s’embrasa de nouveau au détriment de la raison. Je m’inquiétais un peu pour le petit corbeau mais je savais que Yume irait à ses côtés, pour s’occuper plus que pour prendre de ses nouvelles toutefois... Mais disons que j’avais mieux à faire, Shobi m’en pardonne, cela faisait quelques mois que je n’avais pas vu son maître et il m’avait tellement manqué que je ne pouvais pas refuser une pareille invitation.
Je mêlais ma salive tiède à la sienne dans un goût sucrée très appétissant. Mes bras s’enroulèrent de nouveau autour de sa nuque pour renforcer et resserrer notre étreinte. Il faudrait par la suite que nous discutions de la situation car je n’avais pas envie de le laisser partir une fois de plus peu importe ce que lui en pensait et j’espérais secrètement que tout ce jeu de séduction plus que sincère ferait son petit effet sur le pesant de la balance.

J’entendais les pas de Yume qui s’éloignait en direction du volatile meurtri alors que mes yeux étaient de nouveau clos. Shobi croassa légèrement de stupeur du fait de sa proximité avec ma louve. Il est vrai que lors de notre précédente rencontre, il avait fini dans la gueule de Yume mais tout cela était du passé bien que cela n’avait pas l’air de réconforter l’oiseau noir pour autant.
Il était difficile pour moi de me concentrer sur Yume et Shobi c’est pourquoi je les sortis totalement de mon centre d'attention ne privilégiant que lui.
Je jouais avec les lèvres gonflées de plaisir de Karasu, les mordant doucement et m’amusant avec sa langue avidement. J’ouvris doucement les yeux pour observer les siens et ne pu que constater l’avidité qu’ils contenaient et l’envie qui le démangeait, toute cette tension qui était incandescente entre nous ne faisant que monter graduellement mon envie à son égard.
Mes cheveux glissaient de tout leur long de part et d’autres de ses épaules. Je me hissais légèrement sur lui en prenant appuit sur mes jambes pour surmonter son visage du mien, le surplombant et approfondissant encore davantage notre baiser toujours plus passionné.
Je le poursuivais avec avidité tout en ôtant mes mains de son cou et ainsi défaire les attaches de mes couettes de part et d’autre de mon crâne, laissant mes cheveux libérés voguer librement à travers le chant du vent.
Je savais que Karasu préférait ceux-ci ainsi.

Je fis encore monter la température du thermomètre d’un cran en cessant notre baiser pour glisser le bout de ma langue dans le creux de son cou, le mordillant au passage ici et là. Je remontais vers son visage en effleurant simplement sa peau de mes lèvres délicatement entrouvertes en une pression fine qui se voulait tentatrice et jouais avec les lobes de ses oreilles avant de revenir vers sa bouche où j’emprisonnais l’une de ses lèvres, le regard aguicheur et un sourire taquin.
Puis je lui dis d’une voix suave :

« J’espère que tu as faim… car moi j’ai un appétit de louve… »
J’étais tiraillée entre ma passion et ma raison… J’avais envie de lui plus que tout autre chose à ce moment mais ma raison me dictait que nous pourrions être en danger en ces lieux… J’étais indécise sur le comportement à adopter aussi avais-je choisi de lancer une phrase plus qu’éloquente pour constater la réaction de mon amant qui choisirais de la suite des évènements.
Ma respiration était devenue plus lourde sous le poids du plaisir, les goulées d’air absorbées se faisaient attraper par petites inspirations et expirations haletantes qui en disaient long sur mon état d’esprit.
Je me demandais ce que Karasu allait rétorquer et bien que compréhensive au vue de la situation dangereuse je me retrouverais terriblement frustrée si notre étreinte devait cesser en cet instant pour le moment.
Comme pour lui laisser le temps à la réflexion mais en lui intimant tout de même mes intentions, je scrutais ses prunelles en attentes de décisions tout en glissant mes mains sous son tee-shirt pour parvenir à son torse musclé, ce touché aussi m’avait manqué… Mes mains descendirent délicatement de ses pectoraux vers ses abdominaux en de fines caresses du bout des doigts tandis que je ne le lâchais pas du regard.
Dans ma position actuelle, je pouvais sentir l’effet de l’excitation sur son entrejambe dont l’état ne fit qu’ajouter à mon excitation.
Je laissais mes doigts caresser son torse et continuais de l’observer dans les yeux.
Qu’allait-il décider alors que mon corps tout entier le réclamait, impatient ?


To be continued…






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karasu Tengu
Chuunin Nuke-nin


Messages : 13
Date d'inscription : 09/10/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Sam 10 Mar - 19:03



Ho quel pied ! Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas été aussi excité, c’est dire à quel point je l’étais à cet instant. Mes mains entourèrent un peu plus sa taille pour mieux l’attirer contre moi afin de prolonger notre langoureux baisé. Je ne pensais pas que cela se reproduirait un jour et pourtant, la voilà qui se tenait devant moi prête à toutes les folies. Si j’avais cru au destin, ne serait-ce qu’un instant, je l’aurais remercier de m’avoir accordé une seconde chance avec elle, mais comme je n’y croyais pas je me contentai alors de profiter de l’instant présent. L’instant ou plus rien ne comptait si ce n’est elle. Je me complaisais de sa présence, de son odeur, de sa chaleur, de tout ce qui pouvait être délectable ; choses qui ne manquaient pas chez ma chère louve. Elle fit preuve d’encore plus de témérité qu’à notre première rencontre et je ne pouvais qu’en être satisfait. Notre éteindre se prolongeait, tandis qu’elle jouait avec mes lèvres je plongeai mes mains sous sa veste pour caresser délicatement son dos. Elle eut un petit frisson qui ne l’a laissa indifférente pas plus qu’à moi. Son visage plongea dans mon cou tandis que je continuai de l’étreindre avec toujours plus de tendresse. A nouveau ce sentiment indescriptible me traversa. Ce sentiment d’étrange satiété qui ne faisait, au contraire, qu’intensifier mes désirs à son égard. Je ne cherchai à la décrypter en me contentant de la savourer tout simplement, du moins autant que je le pouvais… En effet cette sensation désagréable qu’un connard de corbeau ne cessait de chialer se faisait de plus en plus présence. Hélas, je ne tenais absolument pas à interrompre notre ébat pour aller lui mettre la tannée de sa vie. Par chance la louve de ma louve se permit de résoudre ce problème d’une façon tout aussi radical en tentant de l’avaler purement et simplement. Elle lui courut après en tournant autour de l’arbre à plusieurs reprises avant que tous deux disparaissent dans la forêt jusqu’à ce qu’on ne les entende plus. Débarrassé de ce petit désagrément, je pouvais pleinement me consacrer à Hikari. Celle-ci venait de se relever sur moi afin de me dominer pour mieux fondre sur moi. Inutile de préciser que j’eus droit à une splendide vu plongeant sur sa poitrine qui ne manqua pas de faire monter d’un cran mon excitation. Me mordillant la lèvre inférieure, elle se recula permettant ainsi d’apercevoir ses yeux dorés brillants d’avidité. Je pouvais affirmer sans douter une seconde que mon regard reflétait le même sentiment à son égard. Elle eut une expression aguicheuse que je ne lui connaissais pas. Elle avait visiblement beaucoup changer depuis notre dernière rencontre contrairement à moi qui, me semblait-il, était resté le même. Je lui rendis son sourire taquin en me disant avec une douce ironie qu’elle me correspondait de plus en plus. Peut-être parviendrait-elle à rejoindre mon monde après tout… Puis elle dit ces mots qui brisèrent mes dernières défenses.

-J’espère que tu as faim… car moi j’ai un appétit de louve…

-Ça tombe bien car j’ai une faim de loup…

Que dire ? Je ne pouvais que m’adapter aux circonstances. Je passai ma langue dans la base de son cou pour remonter jusqu’à ses lèvres pour y échanger un langoureux baisé. Plus notre étreinte se prolongeait et plus mon souffle s’alourdissait. Au moment ou la tension avait commencé à monter je savais que je ne pourrais lui résister bien que j’avouai ne pas avoir cherché à le faire. J’aurai été fou de ne pas profiter de cette occasion pour me retrouver avec elle. En fin de compte je compris que je mettais arrêté car je tenais à la retrouver. Je la dévorai du regard avec passion tandis que je passai mon bras sous ses genoux pour mieux la soulever. Je me relevai la tenant ainsi dans mes bras. Je m’éloignai de la rive pour nous diriger à l’ombre d’un érable. Ce faisant, je me penchais sur elle pour l’embrasser langoureusement au moment ou je l’allongeai dans l’herber fraîche. Ses mains glissèrent sur mes hanches pour se rejoindre dans mon dos. Je profitai de cet instant pour retirer mon manteau, l’envoyant valser sur le côté dans geste tout ce qu’il y avait de plus provocateur. Je ne cessai de la dévorer des yeux. La voir ainsi allongé, les cheveux détachés, l’allure sauvage ne faisaient qu’accroître mon excitation. Je me rendis compte de la fadeur de ces mois passés sans elle et me promit de ne plus faire deux fois la même erreur. Je m’installai sur elle puis me penchai à nouveau échangeant de nouveaux baisés, partageant de nouvelles étreintes. Je lui mordillai le cou caressa celui-ci avec mes lèvres ou ma langue venait de temps à autre taquiner sa peau diaphane. La souplesse n’était absolument plus de rigueur chez moi… Je ne voulais pas gâcher cet instant avec elle, aussi, si quelqu’un venait à nous interrompre ; je le buterai sur le champ. Je commençai alors à défaire les boutons de sa veste le plus lentement possible afin de mesurer toute la sensualité de cet acte. Cela ne fut pas sans faire référence à notre première fois où j’avais pris un malin plaisir à la déshabiller lentement, défaisant un à un les boutons de sa tenue tout en la couvrant d’attention. Je ne manquais pas de le faire à nouveau, jouant avec sa langue tandis que mes doigts plongeaient dans son décolleté pour caresser un de ses seins. A cet instant je défis un autre bouton ouvrant sa veste à moitié. Je descendis ma langue avec lenteur jusqu’à arriver à sa poitrine que je mordis brièvement avant de remonter aussitôt retrouver ses lèvres sensuels. Il faisait de plus en plus chaud et l’excitation ne cessait de monter. Tout mon être la désirait. J’avais envie d’elle, plus que jamais….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Inuzuka
Chuunin de Konoha


Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Sam 10 Mar - 19:08










Alors que notre baiser langoureux se poursuivait, les mains de Karasu vinrent étreindre un peu plus fort ma taille pour m’attirer à lui plus profondément à lui. Il m’avait manqué… Je pouvais le dire sans aucune gêne ou honte j’éprouvais un désir irrésistible et insatiable de sa personne. Je le voulais plus que n’importe qui et j’aurais pu faire n’importe quoi pour le posséder… Mes yeux brûlaient avidement de plaisir alors que je sentais son excitation imprégnée la mienne dans un cocktail explosif de sensation. Je profitais de chaque seconde ayant de nouveau peur qu’on me l’arrache… Sa chaleur, sa douceur, son odeur, rien ne passait au hasard, je relevais chacune de ses émotions.
Il plongea ses mains sous ma veste pour caresser de ses doigts rêches et doux mon dos tandis que je jouais avec ses lèvres, mordillant passionnément ses lèvres gonflées de plaisir. Le contact de sa main dans mon dos eu pour effet de me faire frémir d’excitation. Nos souffles s’alourdissaient a mesure que nous nous cajolions signe de notre envie grandissante. Je fondais en sou cou que je mordais gentiment et parcourait délicatement et sensuellement du bout de ma langue.

-Ça tombe bien car j’ai une faim de loup…

Voilà ce qu’il répondit à mon avance ce qui fit afficher un large sourire sur mon visage désireux. J’espérais que cela n’était pas une promesse en l’air et que je pourrais de nouveau me repaître de son corps, de son âme, de sa présence qui m’avait tant manqué…
Il caressa à son tour mon cou de sa langue pour finalement remonter jusqu’à mes lèvres qu’il embrassa langoureusement. Chaque fois que je sentais notre baiser ce rompre je me rapprochais de lui avec avidité, ne voulant nullement rompre ce contact.
Ses yeux brûlaient avec une incandescence infinie loin de toute candeur il laissait clairement exprimer son envie à mon égard. Il passa ses bras derrière mes genoux et se leva, me soulevant avec allégresse dans les airs dans des desseins princiers. Il s’éloigna du point d’eau pour se diriger plutôt à l’ombre d’un érable dont la sève sucré parfumait les environs ajoutant une pointe de romantisme à notre début d’ébat. Il se pencha sur moi pour m’embrasser de nouveau langoureusement alors qu’il me déposait sur l’herbe fraîche aux voluptés apaisantes. Mes mains glissèrent le long de ses hanches et se retrouvèrent dans son dos alors qu’il décida de se débarrasser de son manteau, l’envoyant valser comme un vulgaire chiffon en signe de provocation.
Il me dévorait des yeux alors que mes cheveux voletaient au gré du vent doucement dans une invitation sentie. Alors que j’attendais ardemment la présence de son corps sur le mien, mon vœu fut exaucé. Il se penchait sur moi pour jouer avec mon cou, le mordillant ici et là, tâtant de sa langue ma peau diaphane devenue sulfureuse. Mes joues se teintèrent d’un rouge vermeil sous la montée de la température et mon souffle s’alourdissait au fur et à mesure que nous échangions des caresses.
Je pouvais sentir la raideur de son entrejambe sur la mienne qui ne fit qu’accroître mon envie. Je m’embrasai littéralement alors qu’il défaisait lentement les boutons de ma veste, me rappelant soudainement ce même procédée lors de notre précédente nuit d’amour au clair de lune.
Sa langue affamée jouait avec la mienne alors qu’il glissait sa main bouillante dans mon décolleté caressant l’un de mes seins. Je frémis sous cette caresse tant le contact de sa peau sur la mienne m’avait été privé, savourant, me délectant de son toucher.
Il défit d’autres de mes boutons laissant ma veste ouverte de moitié, léchant et mordant ardemment ma poitrine avant de faire le chemin inverse et de retrouver mes lèvres languissantes.

Je plongeais à mon tour mes mains sous son tee-shirt jusqu’à atteindre de nouveau son dos que j’effleurais doucement de mes ongles. J’avais appris à me contrôler aussi n’avais-je plus aussi peur que la première fois quand à la manifestation de ma louve intérieur qui avait failli castrer mon amant pour de bon… Je savais retenir mes griffes mais un peu moins mes crocs aussi ceux-ci s’étirèrent légèrement au vue de l’excitation tonitruante qui envahissait les lieux dans une chaleur infinie. Notre excitation était telle que voir la végétation qui nous entourait s’embraser ne m’aurait nullement étonnée c’est dire… Il fallait dire que l’absence de l’un et de l’autre nous avait paru éternité et cette privation de l’autre avait brisé quelque chose en moi du moins pour ma part. Karasu ne pouvait pas le cacher, je le sentais. Je sentais cette envie fulgurante qui s’exprimait, cette envie qu’il avait accumulé depuis notre séparation à cause de notre séparation.
Je passais mes mains sur son torse, ne manquant pas d’apprécier le galbe de ses muscles saillants. Je fis contre poids, me retrouvant sur lui à mon tour. J’étais assise à califourchon sur lui prenant soin de ne pas faire mal à son entrejambe impatiente. Je le regardais avec passion de mes yeux embrasés alors que je pris soin de lui retirer le haut. Je me penchais sur lui pour agacer ses tétons quelques peu durcis, les mordant et les caressant de ma langue avec douceur. Je laissais glisser ma langue jusqu’à sous son nombril avant de remonter lentement et sensuellement jusqu’à sa bouche qui quémandait un baiser. J’esquiva celle-ci me dirigeant plutôt vers son cou, tentant de frustrer Karasu qui n’en serait que plus excité encore. Mes lèvres effleurèrent son cou et y déposèrent des baisers passionnels. Mes crocs titillaient le lobe de son oreille tandis que mon corps se frottait délicatement au sien.
Il m’ôta les derniers boutons de ma veste me laissant simplement le soutif qui galbait mes seins dans une invitation dissimulée.
Je l’embrassais de nouveau alors que j’entreprenais de défaire sa ceinture et laisser plus de place à son entrejambe par la même occasion. Je caressais son corps tout entier, appuyant celui-ci avec le mien pour renforcer d’autant plus le contact de nos peaux volcanique.
Je retirais son pantalon de cuir lentement m’y prenant avec les dents pour plus de sensualité. Je caressais son sexe durci par-dessus son sous-vêtement puis glissais ma main à l’intérieur de celui-ci faisant des va et viens sensuel de mon poignet sur l’objet de ma convoitise. J'arrêta mon geste, remontant mes mains jusqu'à son cou mes griffes légèrement sorties pour lui conférer des frissons sans lui faire mal.
Je l'embrassais de nouveau langoureusement avant de m'assoir sur lui et de le contempler dans les yeux de toute ma hauteur.
Il devait me trouver changer et moins farouche qu’à nos premiers ébats mais je doutais que cela le dérange, au contraire. J’avais envie de lui plus que tout et le faisait clairement sentir. Toute cette haine, toute cette rancœur que je lui portais encore un peu plus tôt s’était envolé comme ci elle n’avait jamais existé.

« Je t’aime… »

Oui j’en étais certaine, je l’aimais plus que tout…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]   Aujourd'hui à 18:16

Revenir en haut Aller en bas
 
In the end, we are all satisfied ♥ [Pv: Hikari]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nodox >> Hikari
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]
» Récompenses grâce aux topsites, mois de Janvier !
» Karaoké (Felen-Hikari)
» Hope Hikari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Rôle Play :: Konoha No Kuni :: Foret du Pays du Feu-
Sauter vers: