Partagez | 
 

 Fleur du Soleil [Mission Rang D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rei Jinzô
Raikage


Messages : 55
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 21

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Fleur du Soleil [Mission Rang D]   Dim 20 Nov - 17:23

Spoiler:
 

Un pas. Un pas de plus sur le sentier abrupt et rocailleux. Le roulis des pierres qui dégringolaient à vive allure la pente étaient à peu près la seule perturbation dans le calme et le silence de cette fin de nuit. Il n’y avait personne à un kilomètre à la ronde et Shokei ne se sentait nullement en danger. Elle aimait ce genre de mission et celles-ci lui servaient régulièrement de refuge solitaire. Fuir pour un instant, si bref à l’échelle d’une vie, les esprits mauvais et les sournoiseries. Faute d’attention, son pied rata néanmoins sa prise et elle se sentit glisser. D’un geste vif, elle étira son long bras et se raccrocha à une petite entaille dans la paroi rocheuse contre laquelle serpentait son chemin. Ainsi appuyée contre le mur naturel, elle put se replacer correctement, bien en équilibre sur ses deux jambes. Elle jeta un regard vers l’arrière et soupira de soulagement. Cela faisait maintenant un petit moment que le simple sentier de plaine s’était transformé en chemin raide avec d’un côté la montagne et de l’autre le vide. Les cailloux qui le parsemaient constituaient de la sorte un certain danger si on ne prenait pas suffisamment garde. En outre, la pente la fatiguait car elle n’était pas bien façonnée pour une telle raideur. C’était comme si, au lieu d’avoir à gravir la montagne par des pierres en escalier, elle devait marcher sur un chemin plat qui montait verticalement. Régulièrement elle devait s’arrêter pour reprendre son souffle, ne trouvant pas le bon rythme dans cette ascension. Cette montagne, on la lui avait indiquée comme la plus haute des environs, et c’était par conséquent sa destination, le but de sa quête. Elle avait une fleur à cueillir, tout là-haut. Bientôt elle arriva à un premier sommet : son chemin s’était fait soudainement plus raide et elle avait dû finir la montée en s’aidant aussi bien de ses jambes que de ses bras. Lorsque, dans un dernier effort, elle passait son corps par-dessus l’à-pic pour accéder au petit plateau, ses yeux furent subitement éboulis par les rayons du soleil. Elle pouvait contempler l’aurore, rouge et impériale.

Après le plateau, le chemin semblait partir différemment, le long de la crête, sans détour vers le sommet. Ce fut donc de l’escalade qui remplaça la marche. Par endroit cependant, elle pouvait se redresser sur ses deux jambes, et cette alternance soulageait ses bras endoloris tant elle forçait dessus, peu habituée à ce genre d’exercice. Dans un de ces passages relativement plats, il survint. Ce fut tout d’abord de simples grattements qui se confondaient si aisément avec les éboulements continuels des pierres le long des parois que Shokei n’y prit pas garde. Puis un grognement. Sourd et rageur. Elle se stoppa tout à fait, guettant, soudainement tendue. Rien. Un pas. Rien. Un second pas et le grognement retentissait de nouveau, plus proche. Elle entreprit alors de se retourner, le plus délicatement possible et sans bruit, comme elle savait si bien faire. Fantôme de la ville. Et le mystère s’épaississait alors qu’elle découvrait qu’il n’y avait rien derrière elle. Rêvait-elle éveillée ? Car elle n’avait eu aucun écho de quelques dangers vivants sur ce mont. La dame avait beau regarder autour d’elle, en haut comme en bas, il n’y avait rien. Seule elle était. Seule elle devait rester. Alors elle haussa les épaules et se détourna, pour reprendre sa route.

Elle ne put que faire qu’une dizaine de mètres cependant avant de ressentir une vive douleur dans le dos et de se sentir basculer vers l’avant. Le choc fut rude alors qu’elle atterrissait sur les mains, glissant encore sur quelques mètres. Elle sentait son corps s’écorcher sur les pierres coupantes. Sonnée, elle ne réalisa pas tout de suite qu’elle avait alors quittée le sol. Quelqu’un ou quoi l’avait prise par une de ses jambes. Quelque chose de chaud glissait dans son dos, dans son cou, et venait empéguer sa sublime chevelure. Une seconde pour réaliser, une autre pour se redresser. Son dos criait à présent, et elle aussi gémissait ainsi arquée. Mais maintenant au moins elle pouvait voir son assaillant. C’étaient deux yeux jaunes au milieu d’une fourrure brune. Prince des sommets. Ce genre de bête ne se trouvait pas ici habituellement… Elle fronça les sourcils pour évaluer son adversaire. C’était un monstre des sommets enneigés, pas des montagnes désertes. Il la dépassait d’au moins un demi-mètre et devait bien peser le décuple de son poids. Elle se sentit pâlir affreusement. Mais pouvait-on être plus blanc que blanc ? Et toujours elle sentait la chose progresser dans ses cheveux. Shokei avait envie de pleurer. Non pas pour ses cheveux, ses habits tout abimés ou son corps meurtri. Mais pour cette bête qu’elle avait devoir blesser si profondément. Et déjà celle-ci se mit à hurler sauvagement, la lâchant par la même occasion. La shinobi se réceptionna tant bien que mal, poussant de nouveau un gémissement terrible. Elle porta vivement sa main dans ses cheveux pour la ressortir rougeâtre. Saloperie. Le sol trembla. L’autre était tombé et semblait se tordre de douleur. Elle, elle savait bien ce qu’il endurait là. Il devait cramer dans une horrible vision, déjà insoutenable pour un Homme, alors ô combien plus horrible pour un animal qui ne comprenait pas.

C’était là sa seule échappatoire : profiter de l’instant de déstabilisation de son adversaire pour prendre ses jambes à son cou. Et fuir… Encore et toujours. Fuir le combat, fuir les coups. Cette vigueur toute retrouvée, elle se sentit pousser des ailes et ne s’arrêta plus. Courant, grimpant, s’arrachant bras et jambes dans une course effrénée. Voilà, son plus grand don. Tant qu’elle ne se sentait pas en sécurité elle était capable de s’enfuir. Pourtant il faudrait bien qu’elle s’arrête à un moment. Car la bête était restée sur place et qu’elle devait en être suffisamment éloignée maintenant. Et aussi parce que son dos était devenu un brasier qui la démangeait furieusement. De l’ombre, de l’eau, la fleur… De tout ceci, ce qu’elle désirait le plus retrouver c’était Iwa. Saleté de mission… Retrouver Iwa oui, et ce connard qui avait gradé la mission. Peut-être que c’était sa faute si cela avait tourné ainsi, mais elle ne voyait pas où elle avait fauté. Peut-être que c’était elle… Peut-être. Finalement elle put enfin ralentir l’allure. C’était là, c’était le sommet. Son but, sa destination. Sa quête trouvait sa fin. Et elle soupira de fatigue. Et pourtant, ce qu’elle ne savait pas, c’était que la fin était encore loin. Là, devant ses yeux, il n’y avait pas une mais deux, trois, une dizaine de fleur. Différentes. Et pourtant si semblables. Laquelle était la sienne ? Laquelle devait-elle cueillir et retourner aux médecins de son village ? Ses épaules s’affaissèrent tandis qu’elle tentait désespérément de se souvenir de la description exacte de la fleur. Blanche, c’était cela. Et un cœur rouge. Un cœur humain. Des cheveux d’anges. Il y en avait bien une, oui. Et elle hésitait. Car elle avait remarqué plus loin une fleur du même blanc mais dont le cœur était étrangement vert. Cela n’avait l’air de rien, comme ça, mais un grand doute la saisissait. Si elle était atteinte de la maladie des couleurs, le daltonisme, alors elle pourrait voir le cœur vert alors qu’il était rouge, ou le voir rouge alors qu’il était vert. Elle pouvait même le voir bleu disait-on mais il n’y avait pas de cela autour d’elle. Shokei ne s’était jamais posé cette question encore de savoir si elle voyait bien les mêmes couleurs que les autres. Parce que sa vie à elle était en nuances de gris.

Agacée, meurtrie, elle savait que le temps lui était compté. C’était un choix difficile, elle prenait le risque de voir tous ses efforts anéantis. Elle déterra la fleur au cœur rouge. Sa maladie était ailleurs, elle n’était pas daltonienne. Alors, tenant la plante comme si c’était l’objet le plus précieux qu’elle eut, elle entreprit de redescendre.

Le fait est que Shokei ne redescendit pas par la voie que l’on entendait. Retournée sur ses pas jusqu’au sentier qui longeait la paroi, après avoir contourné magistralement l’endroit où elle avait laissé le monstre, elle avait de nouveau glissé sur les cailloux qui tapissaient le chemin et avait véritablement chuté dans le gouffre. Il se trouvait qu’à l’arrivée une rivière assez profonde l’accueillit, de sorte que les dommages ne furent que superficiels. Cela eut au moins le mérite de nettoyer la plaie de son dos et de la laver des saletés qu’elle avait récolté dans son périple, même si sa santé en pâtissait encore. Saine et sauve. Elle se laissa dériver dans cette rivière un long moment. Jusqu’à Iwa. « Fleur du Soleil hein… T’as intérêt à en sauver des vies, parce que t’auras ruiné ma journée. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fleur du Soleil [Mission Rang D]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Fleur du désert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Archives :: Archives :: Archives Rôle Play-
Sauter vers: