Partagez | 
 

 Aoi Mōjū no Metsuki.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izumi Ikeda
Juunin de Suna


Messages : 4
Date d'inscription : 05/11/2011
Localisation : Sunagakure

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Aoi Mōjū no Metsuki.   Sam 5 Nov - 19:59

Ikeda Izumi
----------

-PRÉSENTATION GÉNÉRAL-
Surnom: « Aoi Mōjū no Metsuki » [Littéralement : Le Regard de Jade]
Age: 21 ans
Sexe: Masculin
Taille: 1m65
Poids: 55 Kg

-DÉTAIL DU SHINOBI-
Spécialité & Affinité: Taijutsu | Irou no Jutsu | Ninjutsu | Fûinjutsu
Village Actuel: Sunagakure
Village d'Origine: Sunagakure



DESCRIPTION PHYSIQUE
----------


Qui ne connait pas le dicton très commun et connu disant « L'habit ne fait pas le moine » ? Cet aphorisme signifie clairement que les apparences ne sont qu'une partie de ce qu'est un individu. Ainsi, si Izumi est un auguste ninja ; cette force de caractère ne se retrouve nullement dans son apparence. En effet, le médecin aux nerfs d'acier se cache sous les traits d'un jeune garçon androgyne, juvénile et à l'apparence très chétive. Qu'est-ce qui contribue à donner cette apparence faussement significative pour notre héros ? C'est ce que nous allons découvrir, étape par étape. Entamons notre étude par un aperçu général, puis par une recherche plus approfondie, en partant par le haut du corps soit le visage. Izumi affronte le monde depuis son mètre soixante-cinq, ce qui n'est pas non plus un défaut en soi, mais qui montre que la première impression n'est pas forcément la plus pertinente. D'une manière générale, il se tient toujours très droit pour affirmer sa force et affiche un stoïcisme flirtant dangereusement avec la rigidité d'esprit. Tout dans sa manière d'agir, de marcher, de s'exprimer respire le contrôle et la sévérité. Aucun artifice, aucune ostentation. Gouverné par la raison, Izumi est la plupart du tant impassible dans sa manière d'être, en antithèse avec son apparence ambivalente et juvénile.

Doté d'une longue chevelure, lisses au niveau des racines et ondulantes au niveau des extrémités, celle-ci se distingue par une seule chose. Sa couleur. Elle est verte. Verte comme l'herbe d'une prairie sauvage et luxuriante ou comme l'éclat surnaturelle d'une émeraude. Contrairement à ce qu'affirmerait les mauvaises langues, il s'agit bien d'une caractéristique héréditaire et naturelle, tout comme l'est sa couleur de peau. Couplée à cette tignasse, le praticien est en possession d'une sublime paire d'yeux bleus-verts, faisant perdre les moyens ou toute personne entrant dans son champ de vision. C'est grâce à ses yeux que sa feu mère, Ikeda Ruka fit chavirer le cœur du père de Izumi, Ikeda Inari. Mais si ses yeux sont dotés d'un pouvoir attractif et hypnotique, ils peuvent aussi calmer en quelques instants les esprits les plus échauffés et imposer le respect à des subalternes. En effet, l'on pourrait dire que ces deux grosses billes d'un vert bleuté ont l'avantage et l'inconvénient d'être très expressif, au point d'être à la fois un moyen de communication entre le praticien et son interlocuteur et un indicateur sur l'humeur de « Aoi Mōjū no Metsuki ». Le reste du visage est très fin, contribuant encore à l'ambivalence du physique de Izumi.

Mais si, ce sont les mots « svelte » et « chétif » qui vous traverse l'esprit en observer d'un coup d'oeil le praticien, sachez que sa petite taille et son poids tout aussi faible, lui ont permis de développer une extrême souplesse et une rapidité surréelle. Izumi est un ninja très mince, mais musclé grâce à ses entraînements réguliers et intensifs. Tactiquement parlant, le praticien ne vaincra donc pas un adversaire par le biais d'une stratégie purement inspiré du « Goken » mais essayera plutôt, de se défaire de celui-ci par des mouvements vifs et prompts, qui auront pour optique, de le neutraliser. Vestimentairement, il a pour coutume de porter le plus souvent deux tenues : la première soit, un simple kimono ample de jais, avec la particularité de ne pas avoir de manches, le tout ceinturé à l'aide d'une lanière immaculé et ayant la fonction d'un uniforme. La seconde, soit la tenue standard du Jûnin de Sunagakure avec sa veste verte, recouvrant un haut de jais à manches longues s'arrêtant au niveau de l'avant-bras de Izumi et un pantacourt de même couleur.






DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE
----------


J'ai entendu dire un jour « La personnalité d'autrui était façonnée par les personnes qui lui étaient le plus proche ». Ma psychologie de bas-étage ne me permet pas de disserter sur cette problématique, néanmoins, tout le monde sera d'accord pour dire que cette maxime est criante de vérité. Elle résume et explique en partie la psychologie de notre protagoniste. En effet, Izumi obéit parfaitement à cette théorie, car il s'est justement forgé une carapace pour se défendre de toute attaque sur le plan psychologique, qui, peu après le meurtre de -ce qui a été, est et sera à jamais- son père de substitution cœur, s'est complètement refermée. La plupart des personnes qui la côtoient journellement, vous diront qu'il est « asocial ». Doté d'un caractère inébranlable et indestructible, il se sait néophyte en matière de socialisation et l'assume plutôt bien. Dans ses propos comme dans sa manière d'être, il subsiste une certaine distance avec ceux qui le côtoient. Le Chef des Unités Médicales de Suna est un être de très fier, ayant en permanece une relativement haute estime de sa propre personne... À des années lumières de la philanthropie, le praticien n'a jamais vraiment accordé une véritable importance aux relations humaines, à l'aspect social de sa vie. Arriviste dans l'âme, sa principale préoccupation au sein du Village Caché de de Brume est la réussite des missions qui lui ont été confiés, il ne s'embarrasse d'aucun état d'âme, la prospérité de ses fonctions est donc primordiale. L'on pourrait donc hâtivement affirmer que le but de son existence serait l'accomplissement de son devoir en tant que Shinobi, mais il n'en est rien.. Ou plutôt, son but est à la fois plus précis et plus profond : son ambition est d'atteindre la quintessence de son art médical ; il s'agit de l'essence même de son existence.

Conservant sans le moindre problème son sang froid, le rendant pratiquement stoïque... C'est une caractéristique indispensable pour toute personne ayant sous sa responsabilité la section médicale du village. Véritable Génie de l'art Ninja et plus particulièrement des Arts Médicaux, toute sa vie a été marqué par le sigle de l'intelligence et l'a mis à part des autres pour le rendre solitaire. C'est un homme très dur et extrêmement sévère, à la limite de la frigidité, qui préfère dissimuler ses faiblesses et se montrer comme une personne forte. Il ne supporte pas qu'on lui désobéisse. Toute défiance de la part de quelconque subalterne se solde par une punition plus que lourde. Au fond de lui, il aspire aussi à plus d'amour et de compassion en ce bas-monde même si sa nature pragmatique l'oblige à rester lucide et à comprendre que l'Utopie n'arrivera jamais ici-bas et que paradoxalement, il est tout sauf un exemple de sentimentalisme exacerbé. Un autre de ses objectifs serait que les arts médicaux soit beaucoup moins boudés et méprisé par les ninjas. De quelle manière ? En étendant son influence jusqu'aux hautes sphères politiques de Kiri. Très exigeant et perfectionniste, c'est grâce à son perfectionnisme exacerbé qu'il élaborera ses techniques les plus dévastatrices et efficaces.

En conclusion, on peut que la froideur sans pareille du Sunajîn engendre le respect de la part des personnes qui la connaissent et/ou qui sont placés sous son commandement.



HISTOIRE
----------


« L'enfance »
Né au sein d'une famille civile ordinaire travaillant à la bibliothèque de Kumo, Asuka eut très tôt accès au monde du savoir et de la réflexion. D'un naturel asocial et peu fanatique des démonstrations d'affections, il fût une enfant très calme... Véritable petit génie sur le plan scolaire, dès son plus jeune âge, son incroyable auto-discipline et son intelligence dans les arts Ninja le mirent à part des autres. Et étrangement, de la façon la plus naturelle, il s'accommoda de cette situation en appréciant encore davantage la connaissance. À des jeux stupides et frivoles, il préfèrera des préceptes et des théorèmes. À des parties caches-caches l'après-midi durant, il choisira la lecture, l'apprentissage et la compréhension de la géopolitique à l'échelle mondiale. Ce sera aux demandes d'une part, de ses parents et d'autre part, de ses enseignants à l'académie, qu'à l'âge de onze ans, il accédera au Grade de Genin, soit un an plus tôt que le voudrait la norme. Et en même temps qu'il accédait au grade de ninja mineur. Ce fût probablement un des autres plus grands moments de félicité de sa vie jusqu'à présent. Car cette précoce promotion signifiait la fin du monde enfantin et niais à souhait de l'école dans lequel, il avait du patienter jusqu'à lors. Mais cet état de frivolité qu'il ne connaissait que trop peu passa bien vite... En effet, aux prémices de sa formation de Genin, il comprit bien vite en reprenant son pragmatisme habituel que cette situation était, en fait, un cadeau empoisonné. Pourquoi ? Parce que, s'il échappait à la présence d'une trentaine de petits morveux ignorants et candide, il allait devoir, dorénavant, supporter deux personnes, deux inconnus et cela, durant une période indéterminée en sachant que ces personnes allaient, avec leur Sensei -qui allait les encadrer-, former sa seconde famille, socialement parlant.

« L'Équipe 4 »
Le Jour J de la réunion de l'équipe 14 vînt bientôt et avec elle, apparut la première fissure sur son masque d'impassibilité. Mise en équipe avec Zenku, membre du puissant clan Onizuka proche de la famille du Daimyo de Kaze no Kuni, connu à l'académie pour ses pitreries ainsi son attitude de véritable cancre et Kido Maturi, une fille naïve dont la beauté était connue et reconnue. Ils formèrent l'équipe 4. Une équipe complètement hétéroclite ; Izumi ne fut, au départ, pas enchanté à ses débuts de se retrouver avec ces énergumènes... Mais bien vite, il en vint à apprécier son équipe. Ceux-ci firent les premiers pas en lui ouvrant leur cœur respectivement lors d'une mission, après qu'ils aient failli y rester. S'ouvrant donc à ses seuls coéquipiers, il savait que ces personnes seraient celles qui allaient à jamais changer sa vie. La famille du jeune homme observa, alors, des changements dans la manière d'être de celui-ci (qui aurait pu paraître dérisoire pour des personnes le côtoyant sommairement, mais qui était au final, révélateur de l'amorce d'un grand changement psychologique chez le duelliste au corps à corps). Enchaînant les missions et entamant leur formation de Ninja aux côtés de l'un des meilleurs sensei de l'époque, Tsukishiro Yukito, surnommé « Yué », connue pour sa maîtrise des techniques de type Genjutsu et son répertoire de techniques ninpô, le petit génie apprit très vite auprès de lui, que si la réussite mission était capitale pour le village, les membres de son équipe l'étaient encore davantage. Izumi se démarquera bien vite pour sa maîtrise de son Chakra avancée et ses capacités impressionnantes sur le plan physique, sa spécialisation en tant que Eisei-Nin ne surprit personne... Et encore moins le talent qu'il y manifesta.

Cette nouvelle rassura un peu les parents du protagoniste, qui accablés par leur travail, sentaient qu'ils délaissaient leur progéniture. Grâce à la voie des Arts Médicaux, ils allaient le croiser au sein de la Bibliothèque municipale. D'une rigueur et d'une discipline sans égale, cette filière de l'Art Ninja s'accordait parfaitement avec sa philosophie de travail. Engranger des connaissances était depuis l'académie devenue une sorte de plaisir, alors imaginez sa tête quand il comprit que c'était l'un des fondamentaux pour la réussite au sein de la voie du Irou no Jutsu. Les mois passèrent et bientôt vînt poindre à l'horizon l'examen des Chûnin. L'équipe 14 fut recommandée par leur Sensei et dut se déplacer à Kiri, village accueillant l'examen inter-village, se voulant comme une alternative aux Grandes Guerres. C'est durant ce déplacement que Matsuri, fit la confession à son coéquipier en lui demandant de lui faire promettre de garder secret ce qu'il allait être dit. Elle lui avoua son amour secret pour Zenku et son incertitude face aux décisions qu'elle devait prendre avec cette vérité. Complètement décontenancé, Izumi lui répondit, sur un ton hésitant, qu'il n'était pas du tout un spécialiste de tout ce qui était de l'ordre des sentiments et des relations humaines... Il s'en excusa sous le regard complètement ahuri de sa meilleure amie, qui partit en fou rire, sous le regard mi-courroucé, ni faussement-vexé de Izumi. Ce fut probablement à ce moment-là que commença l'apogée de sa situation sociale et humaine, car cette confession renforça encore davantage les liens étroits qui unissaient l'étudiant à sa meilleure amie.

« Grandeur et décadence... »
L'examen commença, donc, peu après leur arrivée et rapidement, le praticien sortira du lot pour ses capacités hautes en matière de Taîjutsu et par la qualité de la maîtrise de son Chakra, ne faisant que davantage l'assurer son grade de « Ninja Moyenne ». Décris comme l'un des plus prometteurs de sa génération, il obtint sans grande difficulté son grade de Chûnin à l'instar des deux autres membres de son équipe... Matsuri sera promue pour sa panoplie de techniques de Ninjutsu (c'était elle, dans leur équipe, qui avait le plus grand répertoire ninpô) et Zenku pour son Kenjutsu ainsi que que son utilisation totalement inédite du Fûinjutsu, sous-genre du Ninjutsu réservé aux Jûnin les plus avertis et talentueux. De retour à Kumogakure no Satô, le sentiment de bonheur et d'extase totale dans lequel baignaient les membres de l'équipe 14 se dissipa vite à l'annonce d'une terrible nouvelle. Le père de Asuka avait été envoyé Oto afin d'aider à apaiser les conflits qui prenaient leurs sources à des broutilles liés à des mises ententes entre Hi no Kuni et Oto no Kuni. C'est en chemin vers le lieu ou des diplomates venus de différentes nations, que l'équipe de Ikeda Inari fut attaqué par mercenaires. Il n'aura pas survécu à l'attaque des déserteurs.

Asuka réussira à faire son deuil tandis que sa mère ne s'y résoudra jamais ; elle se laissera mourir petit à petit sous le regard médusé et impuissant de son fils unique. Parallèlement à ces incidents au village des nuages, des conflits semblaient éclater entre des villages mineurs. Étant limitrophes avec « Tsuchi no Kuni », l'affaire n'aida pas du tout le village des nuages. On décida donc d'envoyer des Shinobi afin d'arrêter les conflits qui subsistaient encore entre ces pays. Et au grand désespoir de Tsuchishiro-sensei, l'équipe de celui-ci fut envoyé au front. Seulement, dans le malheur se trouve le bonheur. A la grande surprise de l'archiviste, l'équipe se fit remarquer pour son excellence et son professionnalisme. Matsuri, qui endossant le rôle de leader, coordonna des actions des certaines forces armées, Zenku, pour la bravoure et la pugnacité dont il fit preuve lors qu'il était question d'utiliser ses techniques de sceaux, dans l'optique d'écarter les belligérants et enfin, Izumi, qui sauva plus d'un Shinobi au seuil de la mort, échappant pour la plupart de peu, de passer de vie à trépas. C'est pendant cette période que le surnom de « Aoi Mōjū no Metsuki. » [ Littéralement 'Regard de Jade' ], désignant le Eisei-nin, apparu petit à petit, par le biais des rumeurs et autres racontars. Les deux perles -dont le visage du jeune homme était serti- resta profondément gravé dans la mémoire des chacun des malades ayant reçu les soins d'Izumi. Et alors, que jouissant d'un prestige sans pareille, l'équipe 14 était maintenant connu et reconnu comme l'une des équipes les plus prometteuses et puissantes du village. Tout s'enchaîna, Asuka fut envoyé dans la section médicale pour le village.

Le cap de la majorité dépassé, chacun des élèves de « Yué » volait maintenant de ses propres ailes, même si leur équipe existait toujours, leurs fonctions respectives les obligeaient à être beaucoup moins présent pour leur équipe. Mais, alors que ce fragile lien -qu'était l'équipe 14- semblait résister à tout, un événement vint le rompre. Zenku avait reçu un courrier en urgence et devait partir pour Konoha immédiatement. Sa famille, son clan risquait beaucoup en restant encore au village qui semblait sombrer dans le chaos. Laissant dans le désarroi et l'incompréhension les trois autres membres de son équipe. Matsuri, dont la dévotion et l'admiration pour Zenku n'avaient d'égal que son amour secret pour celui-ci, restait indifférente aux remarques acerbes des autres Sunajins, vis-à-vis de celui-ci. En effet, certaines mauvaises langues avaient jugé son sauvetage comme une désertion. Elle avait confiance en lui et espérait chaque matin, apprendre son retour. En antithèse, Izumi restait admiratif et dubitatif de cette confiance totale dont faisait preuve sa coéquipière et meilleure amie. Il était certain que les sentiments qu'éprouvait la Kunoichi altérait outrageusement son jugement. Car si ses prétendus intentions étaient bonnes, la réalité devait être tout autre, puisque le régime de terreur chaotique dans lequel avait été plongé le village caché de la roche avait pris fin depuis quelque années... Et tandis que le temps passait, son jugement à l'égard de Matsuri évoluait. Il trouvait sa manière de voir les choses à la fois pathétique et en même temps, tellement incroyable. Lui, qui, à présent jouissait d'une renommée et surtout, de capacités sans nulles autres pareilles dans ce monde, aspirait à une chose tellement triviale et en même temps, tellement forte. L'amour. C'est à ce moment-là que l'envie de connaître l'âme sœur, grandit en Izumi. Voir sa sœur de cœur se montrer tenace, pugnace et pleine de foi envers l'avenir réveillait en lui une chose qui dormait depuis bien trop longtemps.

« La rencontre providentielle. »
Devenu à son tour instructeur, Izumi commença à entraîner les générations futurs de son village pour devenir des ninjas médecins. Ceux-ci lui jurèrent fidélité et respect, dès qu'ils entraient dans son programme de formation. Les générations se suivaient et prenaient la relèvent. Au début de la création de son programme, il comptait une vingtaine d'élèves, ce qui était encore relativement peu, quand on savait la démographie de Sunagakure. Seulement, au profit de la quantité, la qualité était là, ses élèves étaient tous très prometteurs (de-plus, ils s'agissait d'élèves fraîchement sortis de l'académie, donc à si prendre aussi tôt, ça risquait de former de sacrés bon médecins). Deux d'entre eux sortait néanmoins déjà un peu du moule. Ishigaki Iroshi, Fils du célèbre Yukiko Ishigaki, l'actuel chef des forces spéciales chargés de la traque des déserteurs et Saiyû Ruriko, Petite-Fille de Saiyûi Mayuri, un des seigneurs féodales de Kaze no Kuni. Le premier semblait totalement dans une autre dimension lorsqu'il pratiquait la médecine, son niveau de concentration était vraiment excellent. C'était le premier à arriver et le dernier à repartir. Et contrairement à ses camarades, il semblait être du genre à réussir à garder un masque d'impassibilité, quoiqu'il arrive. Ça semble anodin dit comme ça, mais étant donné que Izumi était un véritable despote avec ses élèves/subalternes (au point qu'après une première séance, un tiers des élèves aura préféré abandonner... ). De-plus, il y avait quelque chose chez lui qui intriguait et attirait vraiment Izumi... La seconde, Ruriko, était une élève quelque peu naïve et pleine de rêves. Elle excellait dans la pratique et l'évasion des attaques ennemis. Son seul défaut était son manque de rigueur et de sang froid. Avec ces deux élèves, Asuka créa un lien assez spécial et tacite entre lui et le jeune Iroshi, surtout. Car, en effet, petit à petit, le praticien réapprit à s'ouvrir en gens par le biais de cet élève talentueux. Naturellement, l'élève commença à lui aussi, s'ouvrir à son sensei, en lui parlant de ses projets de vie, sans pour autant en attendre de même de son vis-à-vis. Plus le temps avançait et plus un sentiment étrange naissait en Asuka lorsqu'il savait qu'il revoir son élève. Il était déjà trop tard lorsqu'il se rendit compte de la vérité : il était tombé amoureux de son élève.

Le soir même, alors qu'ils étaient en train de remettre en ordre le laboratoire ou avait eu lieu un cours sur la confection des antidotes, Iroshi lui fit une confession. Il lui avoua son homosexualité et plus encore, ses sentiments envers son sensei, envers Izumi. Complètement décontenancé, Izumi ne su pas quoi répondre dans un premier temps, trop soufflé par la confession de son apprenti. Celui-ci, d'ailleurs, commença à s'inquiéter face au mutisme dans lequel s'était enfermé son sensei. Puis arriva un évènement extrêmement rare et exceptionnelle à la fois : Izumi se mit à rire. Pas d'un ricanement mesquin ou d'un petit rire nerveux. Je parle d'un véritable rire. En comprenant pas ce qu'il se passait, l'élève préféra accompagner son instructeur dans son délire et ria lui aussi... Puis, alors que le calme revînt en Izumi, celui-ci s'approcha lentement de son élève, le regard plissé et la démarche féline. Ni une ni deux, il embrassa à pleine bouche son élève. (qui faisait d'ailleurs deux têtes de-plus). Complètement surpris, Iroshi reprit bien vite conscience du fait que son amour était en train de l'embrasser et avec langue. Renfermant sa prise sur son sensei, Iroshi décida d'approfondir encore ce baiser, ne faisait qu'ajouter du plaisir à l'acte et prolonger leur moment de béatitude total. Naturellement, Izumi mit fin au baiser brusquement, histoire de reprendre le souffle. Les joues empourprés, les deux amoureux se regardèrent... puis d'un sourire commun, ils reprirent ce qu'ils avaient interrompu. C'est ainsi que pendant plusieurs semaines, à la fin des cours de médecine, l'élève et le professeur entretinrent une relation passionnée et secrète (Iroshi préférait attendre encore un peu avant d'annoncer la nouvelle à sa famille tandis quIzumi l'avait déjà annoncé à sa mère qui n'avaient pas été vraiment surpris.) Seulement, cet idylle comparable à un bateau voguant tranquillement le long d'un fleuve interminable commença à rencontrer des problèmes. La mer s'agitait.

En effet, un autre soir, alors qu'ils étaient en train de se rhabiller, Iroshi avoua à son amant son incertitude face aux décisions qu'il devait prendre avec son homosexualité, vis-à-vis de ses parents. Peu décontenancée, Izumi lui répondit, sur un ton neutre, qu'il devrait attendre vraisemblablement l'indépendance sur le plan financier pour l'annoncer à ses parents. Le jeune homme paru à son tour un peu surpris face au ton calme et doucereux de son vis-à-vis. Celui-ci conclura la conversation en lui disant que cela lui était complètement égal s'il devait se cacher pour être heureux, que l'important dans la vie était d'être en accord avec soi-même sans pour autant perdre raison et lucidité. Le lendemain, Izumi dû, à contre-cœur, partir pour une mission de sauvetage d'une équipe en très mauvaises postures ; il décida donc de « laisser Iroshi gérer la boutique » étant donné qu'il était l'élève le plus prometteur et plus avancé sur son programme de formation. Il avait acquis sa confiance (son amour aussi ^^') et le respect de ses camarades.

« Le revers de la fortune. »
A son retour, Izumi fut comme frappé par la foudre, son monde s'effondrait, le bateau sur lequel il voguait venait de sombrer : les corps de Iroshi Ishigaki, Inoue Ishigaki et Yukiko Ishigaki, mère et père de ce dernier, avaient été retrouvé mort chez lui. Une affliction sans pareil s'empara alors de lui pour ne plus jamais le quitter. Incompréhension, rage, tristesse, dépression... L'impassible passa par tous les états possibles sous le regard médusé de son entourage. Effondré par la nouvelle et désireux de savoir le responsable d'un tel massacre, Izumi réussira plus tard, à savoir le pourquoi du comment.

« Iroshi avait avoué son homosexualité et s'était attendu à une réaction des plus dépréciatives, connaissant le traditionalisme caractérisant son géniteur, mais il s'en suivi un débat houleux où le discours écœurant de son père aurait littéralement bouleversé le Eisei-nin. Et lorsqu'à la fin de sa tirade, le père se précipita vers lui, Katana en main, le fils ne cilla point. Il était encre ébahi et complètement catastrophé par la rigidité d'esprit avec laquelle son géniteur l'avait jugé, condamné. Et là, il allait le tuer. Et alors qu'il pensait voir venir sa dernière heure, la mère du jeune homme vînt s'interposer et prendre de plein fouet le Katana de son propre mari en plein cœur. La vision de sa propre mère ensanglantée aura rendu littéralement le Sunajin dans un état second de rage, qui l'obligera à se précipiter vers son géniteur, Kunai en main. Un combat acharné s'en suivra et se soldera par la mort du fils. Lui aussi, premièrement dans un état de colère démesuré en apprenant l'homosexualité de son fils, le chef de famille ne comprit pas tout de suite ce qui venait de se passer. Les minutes passèrent, puis, l'homme commença à observer les corps meurtries avec un regard nouveau, complètement ahuri. Il fixa les visages de son enfant et de sa bien aimée et eut ensuite une réminiscence de ce qui venait de se passer... Avec stupeur, il se rendit compte qu'il venait de tuer sa femme et son enfant unique. Les larmes commencèrent à perler et la peine l'envahit. Orientant la lame de son sabre vers son torse, il se l'enfonça et mourut quelques instants après, près de sa femme et de son enfant, trop accablé de peines pour supporter une vie sans les deux êtres lui étant les plus chers et surtout, déchiré par le sentiment de culpabilité. »

À la fin de sa lecture du rapport d'enquête, l'aimant du défunt ne put s'empêcher de pleurer, les poings serrés et le visage ridé par la peine et la colère. Il avait réussi à se procurer le dossier de l'enquête grâce aux relations de sa feu mère avec les archivistes du Kazeïkage. Cachant son visage dans ses paumes, Izumi ne comprenait toujours pas pourquoi son amour ne l'avait point écouté et se sentait responsable de sa mort. Peut-être aurait-il du être davantage convaincant ? Le deuil aura été long et il gardera à jamais une trace de cette tragédie, à l'instar de la désertion de Zenku. Il apprendra peu après les obsèques, de la bouche de Ruriko, que celle-ci même avait été, elle aussi, mis au parfum par leur défunt ami, pour ce qui était de son orientation sexuelle. À l'opposé de Izumi, préconisant prudence et pragmatisme, d'attendre le bon moment et le fait de pouvoir être indépendant, Ruriko l'aurait encouragé à le dire quand l'envie et le courage lui prendrait. Que la sincérité de cette déclaration aura raison du peu d'étroitesse d'esprit dont pourrait faire preuve ses parents et que cacher un tel secret aurait pu le faire mourir à petits feux. C'est probablement à cause de cette nouvelle qu'il rudoiera la désormais meilleure élément de son programme et qu'il s'investira de moins en moins dans celui-ci, pour davantage se focaliser sur les Arts Médicaux. C'était lui, qui avait découvert la dépouille de son protégé à l'hôpital et qui n'avait rien pu faire lorsqu'elle observa des Ninja du village emmener le corps de son défunt amour, alors que d'après le rapport d'enquête, il aurait peut-être pu être sauvé avec un excellent Irou no Jutsu.

« Une quête d'expiation. »
C'est avec le sentiment de culpabilité et d'impuissance, deux autres sentiments qu'il n'avait auparavant jamais ressenti, avec le sentiment d'avoir été stupide, inconscient et pas assez vigilant, qu'il entama d'innombrables expériences pour la création de Jutsu novateurs dans le domaine de la médecine. Izumi expérimenta la plupart de ses techniques sur lui-même. C'est ainsi qu'il conceptualisera une technique de soin, particulièrement bien adaptée aux combats, en hommage à son défunt amour. Se consacrant à la fois, à l'élaboration et l'utilisation de Igaku no Jutsu (littéralement 'Techniques médicales'), ainsi qu'à l'amélioration de ses capacités physiques. Il se penchera aussi et surtout sur son don naturel pour la perception des chakra étrangers, celui-là même qui lui sera d'une grande aide lorsqu'il sera à la tête de l'Unité Médicale Ambulante, chargé du transport et de la mise en sécurité des blessés bloqués sur des champs de batailles. Désormais, soit à la Bibliothèque, soit au service hospitalier de Sunagakure, soit pris pour la recherche d'une remède contre des cas particuliers ; Izumi s'est métamorphosé un médecin ninja de talent ayant acquis les responsabilités de Chef des Unités Médicales de Suna en perpétuel mouvement. Actuellement, le Jûnin arriviste aurait pour objectif de toujours repousser les limites de son Art dans l'optique de répandre encore son nom bien au de-là des frontières de « Kaze no Kuni ». Profitant des liens forts unissant le Sable à la Feuille, il a initié un programme d'échange sur le plan scientifique et médicale. A noter enfin que si auparavant, la reconnaissance de ses pères et l'ascension sociale et intellectuelle ont été les moteurs de son parcours personnel, à présent, Une nouvelle aspiration conceptuelle le pousse à aller encore plus loin. Le but originel tout praticien, à savoir, sauver des vies humaines encore trop inutilement gâché en ce bas-monde et avec dans le cœur, l'image de son défunt élève, Ami, Amant et Amour...




-DÉTAIL SUR VOUS-
----------


Surnom: « Stevo ! » [Cf. Inside Man]
Age: 18 ans
Parrain: Inconnu
Code présentation:



_________________



Dernière édition par Izumi Ikeda le Sam 5 Nov - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genza Meido
Junin spécialisé de Kiri


Messages : 102
Date d'inscription : 25/09/2011
Age : 24

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Aoi Mōjū no Metsuki.   Sam 5 Nov - 21:05

Validé Juunin de Suna, bon Rp Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aoi Mōjū no Metsuki.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Archives :: Archives :: Archives Rôle Play-
Sauter vers: