Partagez | 
 

 - Sunadokei, Roseo -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akaitsubasa no Tori
Sunadokei


Messages : 3
Date d'inscription : 04/11/2011

MessageSujet: - Sunadokei, Roseo -   Ven 4 Nov - 20:55

edit meido

_________________


Dernière édition par Akaitsubasa no Tori le Ven 27 Fév - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du jeu
Immortel Errant


Messages : 268
Date d'inscription : 08/08/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - Sunadokei, Roseo -   Sam 5 Nov - 0:41

Test rp: Raconte nous les trois années que tu à vécu. Comment tu t'es entrainer, comment tu à survécu, comment tu à fait cette marionnette. Raconte nous ton retour, ce que ses années ont changer en toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutonoseitan.forumgratuit.org
Akaitsubasa no Tori
Sunadokei


Messages : 3
Date d'inscription : 04/11/2011

MessageSujet: Re: - Sunadokei, Roseo -   Sam 5 Nov - 15:01

TEST RP
----------



Haïr, c'est tuer virtuellement, détruire en intention, supprimer le droit de vivre. Haïr quelqu'un, c'est ressentir de l'irritation du seul fait de son existence, c'est vouloir sa disparition radicale. La haine secrète un suc virulent et corrosif dans notre esprit. La haine n'est pas un assassinat direct, la haine c'est assassiner sans relâcher, c'est effacer l'être haï de l'existence. Le clan Monzaemon est haï, et de ce fait, les Monzaemon allaient être assassinés pour leur rejet envers ma personne et mon génie. C'est ça la loi du Talion, oeil-pour-oeil, dent-pour-dent, le sang de l'ennemi devant être déversé à flot, il allait l'être pour eux.

Cependant, je me refusais de transformer ma haine et rage, car la rage est l'essence du Berzerk, et non du Roi. Comme pour tout meurtre, il faut une arme, et ma marionnette avait bien trop souffert pour être optimale pour ce genre de quête, il fallait l'améliorer, ou plutôt crée une nouvelle marionnette en la prenant pour base. Il me fallait l'arsenal le plus puissant pour que mon animosité soit justement transmise dans celui-ci, pour qu'il puisse m'aider à déverser dans le Quartier du Théâtre de Suna, un magnifique marais sanguin.

Trois de jours de réflexions étaient de mise, trois jours à confectionner les plans d'une poupée dans un débarras que j'avais rénové pour l'occasion. J'étais tel un architecte qui construisait sa cathédrale, loin d'être modeste sur la construction. Trouvant dans la silhouette d'un oiseau volant à une centaine de mètres la solution à tout problème d'un marionnettiste. Quel était notre point faible ? Notre mauvaise condition au corps à corps, et rien n'est plus invisible, inatteignable qu'un oiseau qui nous nargue. Le ciel allait donc être mon arène, et ma marionnette allait donc être la plus terrible des montures. Il me fallut d'abord adapter ma base physiquement pour que celle-ci puisse voler, trouvant le bois le plus léger qui soit à Konoha no Kuni et le métal le plus aiguisé qui soit à Tetsu no Kuni, je l'a pourvut de deux ailes aussi fines que tranchantes, aussi meurtrières que majestueuses. Chaque articulation était testé, chaque disposition de pièces était finement étudié. Onze mois il fallut pour que la base fut prête. Les recherches concernant ma marionnette n'en finissait pas pour autant, et c'est aux quatre coins du monde ninja que je voyageais sous la cape d'un simple civil, c'est à ses divers endroits que je m'inspirais des dernières innovations en matière d'armement pour pouvoir la marionnette qui deviendrait légendaire d'armes et d'artifices en tout genre. Poison, Fumigènes, Lames, et même Ninjutsu allaient être les armes de mon arme. Même un ninja ne pourrait pas rivaliser contre elle, contre la personnification même du Phoenix rédempteur. Pendant ce laps de temps si long, je ne restais pas les bras croisés sur ma propre personne, m'entrainant autant que j'entrainais ma poupée, me parfaisant à l'art du Kugutsu. Il fallut alors vingt-trois mois pour qu'enfin, je me sentis prêt à l'acte.

Ma haine était toujours intact, toujours aussi vive, toujours aussi assoiffé du sang de mes confrères. Et sous un couché de soleil doux, je rejoignis après tout ce long temps le pays du vent, m'entretenant avec le Kazekage sur la fausse trahison du clan qui m'avait procrée. Il n'était pas simple de manipulé l'homme qui avait côtoyer tant de temps les Monzaemon dans le champ de bataille, mais la tribu n'était pas blanche comme neige sur ses agissements, et étant qu'ancien membre j'avais bien des ressources pour arrivé à mes fins. M'appuyant sur des documents subtilisés et légèrement modifié, je réussis à atteindre notre ancien Kazekage pour que j'obtienne alors son appui militaire pour décimer le clan le lendemain. La bataille ne fut pas si rude que je l'avais prévu, la plupart des meilleurs combattants du clan avaient péris il y a de celà bien longtemps, et le reste n'était que des vieux débris qui, bien qu'ayant l'expérience du combat, n'avait pas pris soin de leur armes qui se firent décimés par le sable doré du Ninja le plus puissant du village et ma marionnette qui était trop loin pour eux.

Dans un dernier assaut suicide, ils réussirent alors au prix de deux marionnettistes à blesser assez fortement le Kazekage qui dût quitter le champ de bataille. J'étais donc sur ce qui était un no-man's-land, seul devant le seul résistant, mon paternelle. Voilà bien des années que je l'avais pas vus, lui qui n'était plus que le dernier pilier soutenant le clan.

L'instant était palpable, nous n'étions plus que les deux au sang pur de Chikata Monzaemon, le fondateur du clan et créateur de l'art des marionnettes. Nous n'étions plus que deux, à vouloir la mort de l'autre. Nous étions les deux protagonistes d'une histoire qui allait finir en beauté. Dernier acte, dernière scène, au bout de se combat le rideau sera baissé, un rideau qui rouge du sang du meurtrie. La voix était rauque, le ton était donné, la haine s'était imissé dans les deux esprits et ne serait reposé que par le moment où l'un d'eux rendrait sa putain d'âme. Je me considérais comme la pluie salvatrice de Suna no Gakure, j'étais cette eau qui allait détaché le sable de sa crasse, détaché la peau morte de l'épiderme d'un village qui avait déjà bien trop souffert. Mon rasoir était mon oiseau de feu, il ne me restait plus qu'une seule chose à faire, clore le chapitre. Après de brères parole futiles digne d'une tragicomédie, le fer grinça. L'oiseau de feu contre la belette noir. "Le ciel contre la terre", ça aurait pu faire un beau nom, non ? Les kunai fusaient, le sang giclait et nos poumons étaient tout les deux obstrué d'un air toxique, celui de nos poisons respectifs. C'était une joute de manipulateurs, évaluant lequel d'entre nous avait la meilleur réactivité, le meilleur soin de ses gestes, et la prise de risque optimal. Mon oiseau le rasait, sa belette me sonnait. Il avait beau avoir l'expérience, on ne peut pas vaincre quand on a pas la haine de l'autre, et apparement il n'en avait pas assez à mon égard, dans un dernier sursaut, dans un dernier déplacement de mes articulations de ma dextre l'homme se fit surprendre par l'aile d'acier. Ses habits déchirés laissaient alors un fin trait rouge s'esquissait sur sa panse, l'homme se divisa en deux, rendant un dernier souffle, lâchant les fils de chakra qui le relié à sa marionnette, lâchant par la même occasion le fil de vie qui le retenait en ce monde.

Le lendemain encore, les derniers maître marionnettistes avaient rendus leur sang, c'était devenu un no-man's-land de débris de bois et de cadavres.

Aujourd'hui, ma vengeance était assoiffée, aujourd'hui je suis le héros de Sunagakure no Sato, je suis l'homme charismatique du moment, je suis celui qui inspire la nouvelle génération à devenir des maîtres de l'art des fils de Chakra. J'étais appelé "Sunadokei", littéralement le gardien de Suna, l'Oiseau de Soleil qui protéger Kaze no Kuni du ciel. Certains de mes anciens Sensei avaient trouvé au temps, qu'il avait bien fonctionnait sur moi-même, qu'il m'avait permis de devenir plus sage avec le temps, plus sympathique et moins imprévisible qu'il y a dix printemps. Mais moi je le savais, je le sais même toujours que sous cette échine hypocrite de Ninja voué à son village, se terré le démon de l'envie et de la colère. Je n'ai pas changé, je suis toujours le même.


_________________


Dernière édition par Akaitsubasa no Tori le Sam 5 Nov - 16:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Umibōzo Suishin
Nuke-nin Juunin


Messages : 54
Date d'inscription : 29/09/2011
Age : 23
Localisation : Kiri.

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - Sunadokei, Roseo -   Sam 5 Nov - 15:22

Je pense que Juunin est convenable. J'attends l'avis d'une autre membre du staff pour avoir confirmation.

Une seule remarque : Fais attention aux fautes, il y en a quelques unes et certaines qui sont bêtes, n'hésites pas à te relire plusieurs fois s'il le faut ou utiliser un correcteur en ligne ! Wink

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du jeu
Immortel Errant


Messages : 268
Date d'inscription : 08/08/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - Sunadokei, Roseo -   Sam 5 Nov - 15:23

Je valide. Tu es donc Sunadokei avec stat Junin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutonoseitan.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Sunadokei, Roseo -   Aujourd'hui à 2:25

Revenir en haut Aller en bas
 
- Sunadokei, Roseo -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si nous jouions au chat et à la souris, que serais-tu ? [Roseo & Tozuka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Archives :: Archives :: Archives Rôle Play-
Sauter vers: