Partagez | 
 

 Hayate Takamura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hayate Takamura    Lun 22 Aoû - 14:33

Takamura Hayate
----------

-PRÉSENTATION GÉNÉRAL-
Surnom: pas encore d'inspi...
Age: 18
Sexe: Masculin
Taille: 1m85
Poids: 75 kg

-DÉTAIL DU SHINOBI-
Spécialité & Affinité: Kekkei Genkai / suiton - doton
Village Actuel: Iwa,
Village d'Origine: Pays des rizières



DESCRIPTION PHYSIQUE
----------





C’est sous la plus intense des lumières que la crinière flamboyante du jeune garçon s’illumine et s’enflamme, réveillant sa vraie beauté. Cette chevelure à la teinte caramel et à la souplesse incomparable qui caresse avec légèreté sa nuque, ne s’étend pas au-delà de ses épaules. Cette superbe toison brune qui se sépare en deux parties asymétriques au niveau de son œil gauche et masquant avec raffinement le droit ne fait que renforcer le regard intense et profond du jeune homme. Ses deux émeraudes qui brillent dans la nuit telle des joyaux semblent capables d’envouter et d’égarer sans peine tout homme se laissant distraire par ces pupilles aussi froides est enivrantes que le plus bleu des océans. Son regard d’un calme implacable faisant parfois penser au plus pur des cieux ne peut que vous inviter à admirer le reste de son visage si parfaitement équilibré. Cette frimousse aux traits légers ne pourrait se passer de ce nez effilé qui, placé en sont centre lui offre une perspective et un équilibre parfait. Ce museau rappelant les griffes aiguisées d’un fauve, ne fais que mettre en avant l’incroyable finesse de la bouche du jeune garçon. Ses lèvres simples et harmonieuses s’emboitent avec perfection et complètent sans excès le délicat engrenage facial qui compose le visage du jeune garçon. On pourrait encore vous parler de ses oreilles quelconques que vous ne pourrez malheureusement pas apercevoir sous sa chevelure chatoyante, mais votre imagination fertile pourra surement sans aucun souci imaginer ces deux pavillons cartilagineux qui orne de parte et d’autre ce visage raffiné.

Ce visage bien qu’envouter ne représente que la fasse visible de l’iceberg, car sous cette frimousse aux traits angéliques on peut y trouver un corps à son diapason. Du haut de son mettre quatre-vingt-cinq et de ses septante-cinq kilos (75), ce jeune homme à tout pour plaire. Son corps parfaitement entretenu marque le métabolisme d’Hayate comme seule preuve de l’entrainement régulier et intense qu’il s’imposa dans l’espoir d’accomplir son rêve. Ses muscles, bien que fermes et soigneusement dessinées ne tombent pas dans l’excès du surhomme gavé de barbituriques. Choisissant de laisser aux autres le soin de se concocter une silhouette de catcheur, Hayate s’est concentré sur la souplesse et l’efficacité de ses membres. Ce corps qui semble avoir été travaillé par les mains d’un artisan n’est pas le fruit du hasard. Le jeune garçon étant destiné à poursuivre son rêve, il prépara son corps à devenir bien plus résistant que la moyenne. L’entrainement qu’il subit fit d’un enfant innocent un homme prêt à supporter les affres et les supplices de la guerre.






DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE
----------





Hayate est un jeune homme doué qui possède un talent certains et qui compte bien l’utiliser pour arriver à ses fins. Il ne rechigne pas à la tache toujours prêt à donner le meilleur de lui-même. Ayant grandi dans la rue, il possède la faculté de s’adapter sans mal à toutes les situations et possède une très grande ouverture d’esprit. Curieux par nature, Hayate profite de chaque instant pour enrichir ses connaissances et élargir ces horizons. Altruiste et intègre, il s’investira toujours sans aucune retenue dans les taches qu’il désire accomplir. Homme de parole, Hayate ne manquera jamais à son devoir et tiendra quoiqu’il arrive chaque une de ses promesses. Bien qu’ayant été formé pour l’action, Hayate n’en reste pas moins une personne qui affronte une situation d'abord avec sa tête et puis ses bras. Jeune homme calme et réfléchi, la pensée reste quelque chose d’essentiel à ses yeux. Analysé, comprendre et anticiper restent les maitres mots de sa conduite avant l’action. De par toutes ces caractéristiques, on pourrait voir Hayate comme étant une forte personnalité ce qui n’est pas tout à fait faux. Mais malgré son fort caractère, le jeune garçon garde tout de même une pare de mystère et d’ombre. Gardant ses sentiments pour lui et n’évoquant que très rarement ses pensées, il n’est jamais évident de savoir ce qui se trame dans la tête du jeune garçon. Née avec un esprit d’initiative incontestable, Hayate possède naturellement des aptitudes de leader. Pensant avant tout au bien-être du group plutôt qu’au sien, le jeune garçon aime plus que tout travailler en équipe et échanger ses connaissances avec les autres bien qu’il n’u pas beaucoup l’occasions de travailler en équipe depuis son arrivé à Iwa

Mais comme tous les êtres humains, Hayate n’est pas parfait et possède ses propres défauts. Têtu comme une mule et doté d’un fort tempérament, il ne sera pas évident de le faire changer d’avis. Habité par la passion, il arrivera également qu’Hayate perde son sang froid et son calme pour défendre une cause en laquelle il croie. À ce moment la le jeune homme ne réfléchis plus et tel un ouragan il emportera tout sur son passage. A ces différents trais de caractères on pourra ajouter un sens de l’humour qui n’est pas toujours apprécier mais qui fais belle et bien parti du personnage.



HISTOIRE
----------





À la recherche de la gloire :

Je tiens à la main un livre, un livre que je m’empresse de noircir à l’aide de cette plume qui au gré de mes pensées caresse encore ces quelques bouts de papier vierge. Laissez-moi donc raconter mon histoire.


« Jour après jour, entraîner son cœur, peaufiner sa technique, utiliser l’Unité pour frapper la multitude ! Telle est la discipline du Guerrier. »

Préambule :


Un homme a dit un jour : chaque enfant qui nait est à mes yeux bien plus importants que tout l’or du monde, car l’or sans homme n’a pas de valeur, mais l’homme sans or est inestimable. Les hommes on le pouvoir de porté le monde au-delà de l’aspect matériel des choses et de leurs mains nue sont capable de porté à eux seuls tous les espoirs et les rêves d’une nation.

Si cette phrase n’existait pas, mes parents l’auraient surement inventé. Elle résume avec exactitude ce que je fus pour eux le jour de ma venue au monde. Les premiers instants de ma vie, furent probablement les plus heureux de la vie de mes parents. Ma mère me mit au monde entre les crépitements de feux d’artifice qui illuminaient le ciel septentrional des contrées du pays des rizières et l’euphorie générale que provoquaient les fêtes du printemps mêlées aux effluves de quelques centaines de litres de saké déjà consommé sans retenue par ses adeptes les plus fidèles. C’est dans de ce climat chaleureux et aux couleurs chatoyantes que je naquis.

Mais ces festivités qui l’espace d’une semaine offrent à toute la population un rêve de lumière, de douceur et de joie sont bien loin de la réalité dans laquelle vivent mes parents. Vivre dans un pays qui est encore rongé par son impuissance est difficile. Mes parents simples propriétaires d’une petite parcelle de terre avaient du mal à joindre les bouts depuis ma naissance. J’avais grandi non seulement dans un climat d’incertitude lié aux soucis financiers de mes parents, mais également dans les craintes et les peurs d’un pays encore marqué par là par son passé. En effet, le pays des rizières étant frontalier au pays du feu, il fut la victime des combats qu’eut la nation du feu avec d’autres pays passant du statut de pays à celui de vulgaire champ de bataille. Ce pays dont la force militaire était trop faible fut brisé et la peur que cela se reproduise est encore gravée dans tous les esprits. C’est pourquoi bien vite les objectifs du pays furent de devenir un pays et fort et c’est dans ce climat de propagande et de peur que je grandis.

La peur, l’angoisse, la crainte étaient les sentiments dominant de notre pays après cette période de guerre. Le pays mit beaucoup de temps à se reconstruire, mais bien au-delà des dégâts matériels, c’est avant toutes les pertes humaines qui conduire le pays à un climat de haine nationaliste.

On dit que l’homme est capable de toutes les folies quand la peur le possède et ce dicton bien que court évoque à lui seule l’histoire de mon pays qui avait déjà bien trop souffert. En effet cette crainte de la mort qui s’était répandu telle une nué de poudre avait suffi pour que le pays fasse appel aux services du mal incarné. C’est à cette époque, au moment où le pays était le plus fragile qu’Orochimaru pris le contrôle du pays des rizières. De sa langue de serpent, il fit miroiter un rêve de puissance aux dirigeants du pays, pour bien vite s’installer à la tête de ce pays en reconstruction. Ce qui n’était autre fois qu’un petit pays encore meurtri par la guerre, devint le plus grand repère de malfrat de toute la planète. Ce qui par le passé avait été un doux et paisible pays agricole devint le pole d’attraction de toute la noirceur du monde. Les rêves de gloire et de puissance qu’avait offert Orochimaru au pays de rizières devint un vrai enfer pour les basses classes d’où j’étais issu et la survie pour moi et mes parents était un combat quotidien. À l’âge de douze ans, ma vie n’était que violence et ténèbres ! Mon père qui ne pouvait endurer la situation actuelle mit en place la résistance. Il créa un groupuscule essentiellement composer de personne de la basse classe. Il parvint à réunir à sa cause bon nombre d’hommes et de femmes qui avait décidé de se rebeller contre ce fléau qui était en train de ronger le pays de l’intérieure. Ce qui à l’origine n’était qu’un petit mouvement de contestation qui se réunissait dans les arrières sales des tavernes devient bien vite un groupuscule comptant plus d’une centaine d’adhérant. Le mouvement de résistance qu’avait créé mon père se fit connaitre sous le nom de Front de libération du pays de rizière, et recrutait tous ceux qui ne voulaient plus être traité comme des esclaves ou encore comme de simple sujet de test pour les expériences d’Orochimaru.

En deux ans le mouvement pris de l’ampleur et même si je fus tenu à l’écart de toutes les réunions, je pus assister à la naissance et à la prolifération de ce qui aurait pus être le salue de toute une nation. Dissimulé dans l’ombre, je pus observer la majorité des réunions FLPR sans que mon père ne le sache. Pour lui, j’étais trop jeune pour pouvoir devenir membre de l’organisation, mais pour moi ce groupuscule de paysans était la seul voie possible pour notre nation de sortir des ténèbres dans lesquels elle était plongée. Et c’est ainsi que je vouais 2 ans de ma vie à aider clandestinement l’organisation de mon père.

À l’âge de 12 ans beaucoup d’enfants rêves de ce qu’ils feront plus tard et se trouve une personne à qui ils pourraient s’identifier, une personne sur qui ils prendraient exemple, une personne qu’ils considèrent comme un héros. Moi à 12 ans, je rêvais que le FLPR libère le pays et considérait mon père comme le plus grand des héros. De sa seule voix, il était parvenu à réunir tous ceux qui souffraient, de sa seule parole, il était parvenu à faire rêver une nation qui n’avait plus rien à espérer. Et c’est ainsi que même dans les ténèbres les plus profondes, mon père avait réussi à allumer une lumière qui guiderait toutes les âmes égarées.

Mais cette utopie pour laquelle mon père s’était donné corps et âme pendant deux longues années se termina dans le sang. Des centaines d’homme et de femme furent tués torturé et FLPR fut anéanti. De la voix d’un seul et unique traitre, le Front de libération fut exterminé. En effet pour quelques pièces et l’illusion d’une vie moins dure un des membres de l’organisation trahit mon père et rejoignit la cause du tyran qui anéantit la seule lueur d’espoir qui brillait encore dans ces ténèbres.

À la mort de mon père, ma mère me fit quitté le pays au prix de ça vie. Et après 3 mois d’errance dans des contrées plus hostiles les unes que les autres je finis par atterrir à Iwa village caché du pays de la terre. Considéré comme un étranger, il ne me fut pas facile de m’intégrer. Les premiers mois furent difficiles, j’étais seul et abandonné, mais pour la première fois je ne connaissais pas l’insécurité qui régnait au pays des rizières.


Le temps était venu pour moi de recommencer une nouvelle vie ici à Iwa et je savais que si je voulais m’intégrer, il fallait que je prouve ma valeur. Habitué à la survie, habituée à me battre et m’adapter à toutes les situations, je fis mieux préparé que la plus part des shinobi à gravir les échelons du monde ninja. Bien qu’intégrant l’académie ninja d’Iwa à l’âge de 14, mes prédispositions au combat me firent progresser très vite. Mon objectif à mon arrivée à Iwa était de devenir assez fort pour pouvoir libérer le pays des rizières de l’emprise d’Orochimaru et ainsi poursuivre le rêve de mon père. Guider par l’envie de vengeance, je m’entrainais jours et nuits sans relâche. Je n’avais qu’un objectif devenir fort à tout prix. Du lever du soleil jusqu'à la tombé de la nuit je ne faisais qu’une chose, m’entrainer. Je passais deux fois plus de temps à m’entrainer qu’un ninja standard. Cette détermination sans faille, cette recherche effrénée du pouvoir finit par attirer l’attention de mes professeurs, qui ne pouvait être que stupéfaite par ma progression.

Trois ans après mon arrivé au village, je fus promu junin de Iwa. Avec ce nouveau titre, mon rêve de vengeance avait disparu. En effet, la défait qu’avait subit Orochimaru en attaquant le village de Konoha, avait réduit sons emprise sur le pays des Rizières qui petit à petit commençait à se remettre de tout le mal que lui avait fait l’ancien ninja légendaire de Konoha. De mon côté, j’avais 17 ans et j’avais également perdu la seule chose qui me poussait à avancer, l’envie de libérer le pays des rizières des ténèbres. Mais alors que je pensais avoir perdu tout objectif, on me tendit une main, me propose un nouvel avenir.


Ma soif de puissance et de pouvoir était parvenu jusqu’aux oreilles du Tsuchikage. En effet, cette recherche de la puissance avait attiré la méfiance de plusieurs professeurs de l’académie qui en avait fait un rapport au Sandaime Tsuchikage. Mais alors que ma volonté de devenir plus fort en avait inquiété plus d’un, Onoki lui voyait en mois un atout. C’est ainsi que pour la première fois je fis la rencontre de ce petit vieillard.

« Alors, c’est toi qui fais couler tant d’encre à l’académie ! Pourquoi cherches- tu tant de pouvoir ? “

Ayant perdu tout bute, je racontai mon histoire au vieil homme qui finit par me faire une proposition qui allait changer le cours de ma vie. En effet, le vieux me proposa d’acquérir un très grand pouvoir à condition que mon nouvel objectif soit de me battre pour le village jusqu'à ma mort. D’après lui mes ma détermination et mon envie de puissance pourrait me permettre de contrôler ce nouveau pouvoir assez instable qu’il allait me mettre entre les mains. Il finit par me parler d’un groupe de ninja propre à Iwa qui s’appelait l'unité spéciale des explosions. Il me dit si je parvenais à maitriser le pouvoir qu’il allait m’offrir, je pourrais intégrer cette section et ainsi rentré dans l’histoire des quelques rares shinobi ayant fait partie de cette unité spéciale.

Et bien quel la proposition d’Onoki était inespéré, un malaise me prit à la gorge. Je venais de me rendre compte que le vieil homme était en train de faire ce qu’Orochimaru avait fait avec le pays de rizières par le passé. Il me proposait du pouvoir si je le servais jusqu'à ma mort. Cette proposition allait à l’encontre de tout ce pour quoi mon père s’était battu et pourtant j’acceptai l’offre du Tsuchikage.

C’est à cet instant mon histoire que je fis l’acquisition d’un Kekkei Genkai des plus rares, le bakuton, mais aussi que je pris conscience de l’infime frontière qu’il y avait entre le bien mal. Et bien que je semblais prendre le même chemin que le pays de rizières quant il accepta l’offre d’Orochimaru, j’avais décidé d’accepter l’offre du vieux. Mais pas pour reproduire les erreurs du passé non, mais essayer d’être comme père, devenir un héros pour les futures générations, devenir celui qui pousserait les gens à ne pas abandonner à continué à ce battre comme l’as fait mon père et pour cela j’étais prêt à accepter l’offre du Tshucikage.


Les mois passèrent et bientôt le bakuton n'u plus de secret pour moi. C'est ainsi qu' a l'aube du sommet des 5 kage que j'intégrai avec fierté l'élite des forces ninja d'iwa. J'avais atteint le plus haut rang que pouvait atteindre un ninja après celui de kage. Un telle poste était synonyme de grande responsabilité et cela fut encore plus vrais quand le monde des ninjas plongea avec fracas dans la plus grande et la plus meurtrière des guerres qu'elle n'u jamais connu. Cette guerre fus une véritable boucherie, un bain de sang sans égal ou mort et vivent allait se livré la plus grande bataille que les 5 grandes nations n'usent jamais vécus. Les combats furent terrifiants et je vu beaucoup d'amis et des compagnons d'armes mourir au combat. Une fois la guerre terminée, rien ne fut plus pareil. Le dirigeant de ce village qui avait placé en moi toute sa confiance n'était plus. Mort aux champs d'honneur le vieil Onoki s'en était allé, laissant derrière lui un village à reconstruire. Un homme l'avait remplacé aux rênes du village caché de la roche et c'est à son service que je me trouvais dès à présent. Différent de l'ancien tsuchikage, ce dernier avait coupé les ponts avec les autres nations pour faire d'iwa le plus puissant de tous les villages. Rêveries utopistes, réalité ou fantasme d'illuminé qui conduirait le village à sa perte ? Seul l'avenir nous le dira.





-DÉTAIL SUR VOUS-
----------


Surnom: Seb
Age: 21 ans
Parrain: /
Code présentation:

Revenir en haut Aller en bas
Maitre du jeu
Immortel Errant


Messages : 268
Date d'inscription : 08/08/2011

Fiche Ninja
Techniques:
NaruPoints:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hayate Takamura    Lun 22 Aoû - 14:45

Je valide Juunin, ok pour le Bakuton o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutonoseitan.forumgratuit.org
 
Hayate Takamura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tayuya & Shitaku Hayate VS Orochimaru & Eclyspia
» Pokématos de Daisuke Hayate
» Terrains d'entraînements personnels. [PV Bejita - Takamura]
» A lost girl ~ Then meet ? [Takamura Cho]
» C'est l'histoire d'un mec qui rentre dans un bar. [Pv Hayate]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto No Seitan' :: Archives :: Archives :: Archives Rôle Play-
Sauter vers: